« Douze Mille », de Nadège Trébal : Les formes du désir

Dans Douze Mille, Nadège Trébal montre avec originalité un couple amoureux.

Maroussia et Franck forment un couple amoureux. Dès les premières minutes, au gré d’une scène très explicite bien que rien, ou presque, ne soit montré, le spectateur est affranchi sur la force de l’attirance sexuelle qui les unit. Par ailleurs, ayant été chassé de la casse de voitures où il se livrait à de petits trafics rémunérateurs, Franck se retrouve sans ressources. Ne voulant pas vivre aux crochets de Maroussia, il va partir de chez eux dans le but de rapporter 12 000 euros (d’où le titre du film,…

Il reste 72% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Frédérique Rolet : « Il nous faut réfléchir de manière urgente à la rentrée de septembre »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents