Ménilmontant FC 1871 : Balle au poing

Depuis 2014, le Ménilmontant FC 1871 milite pour un football populaire, antiraciste, antifasciste, anticapitaliste… Las, il a écopé d’un an de suspension de stade pour « apologie de la haine ».

Au son d’un tambour, les supporters du Ménilmontant Football Club 1871 (MFC 1871) s’époumonent : « Contre les milliardaires, face à la répression / Le football populaire c’est notre Ligue des Champions /Au nord-est de Paris joue le Ménil FC / Et dans les stades pourris on vient l’encourager. » Ce 19 janvier, le MFC affronte l’AS Victory à Rosny-sous-Bois (93). Un contingent de soutien a fait le déplacement. Les chants s’enchaînent, les drapeaux blanc, noir et rouge sont agités. « Vos joueurs ont bien de la chance », s’étonne presque l’arbitre de touche, membre du club adverse.

Il est vrai qu’en quatrième division de district, avant-dernier niveau départemental, les tribunes ou mains courantes sont rarement prises d’assaut par les supporters. Mais au Ménil’ FC, qui arpente les pelouses de Seine-Saint-Denis depuis près de cinq ans, c’est chose habituelle. Un « ultra » (supporter très engagé) d’un club du sud de la France est aussi de la partie : « C’est la deuxième fois que je viens soutenir cette équipe, mais je le fais dès que je peux. C’est unique en France de voir ça ; d’habitude, à partir de la Ligue 2, les stades sont un peu morts. » Il sourit : « Et puis j’adhère aux idées aussi. »

Les idées ? Il suffit d’un rapide coup d’œil pour les comprendre.

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Boiron : les salariés s’estiment victimes des mauvais choix de l’entreprise

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents