Trump, symptôme de la guerre promise

Dans trois textes écrits sur plus de deux ans, le philosophe Alain Badiou analyse les dangers qui pèsent sur le monde, incarnés par la figure du président états-unien.

Olivier Doubre  • 29 janvier 2020 abonné·es
Trump, symptôme de la guerre promise
© Nicholas Kamm/AFP

Au fond, la vertu de Trump, encore bien trop peu reconnue, est de nous ouvrir les yeux sur l’essentiel », à savoir « la soumission générale de toutes les “démocraties” de la Terre au processus planétaire de concentration du Capital, et à la dévastation, tant de la nature que des sociétés, qu’entraîne ce processus ». Philosophe et dramaturge reconnu, fidèle à l’« Idée » du communisme en tant qu’interprétation du capitalisme mais aussi comme « nom stratégique » de luttes, Alain Badiou prend l’élection du président des États-Unis « comme point de départ d’une réflexion sur le monde contemporain ». Car Donald Trump, écrit-il, « est comme une tache sur la face du monde politique contemporain, et il faut l’interpréter comme un symptôme détestable de la situation globale, non seulement aux États-Unis, mais dans le monde ». Ce monde où 264 personnes possèdent autant de richesses que les 7 milliards d’autres…

En vrai marxiste, le philosophe dénonce la « brutalité » du système capitaliste, mais il affirme surtout qu’il n’est pas vrai que « la propriété privée et [s]es inégalités monstrueuses doivent représenter pour toujours la loi et le devenir de l’humanité ». Et l’auteur de refuser que ce soit là « la seule voie possible ». Trump, en ce sens, incarne en effet le fameux « there is no alternative » (« il n’y a pas d’alternative ») à l’économie de marché et à l’ordre social, reposant sur la prééminence exclusive de la propriété privée, cher à Margaret Thatcher. Plus que ce qu’incarne Trump, Badiou dénonce le fait que, désormais, « le rôle de l’État est le même partout » : protéger les inégalités – « bien plus grandes dans le monde contemporain qu’à aucune autre période de l’histoire » –, soit protéger ce que le philosophe appelle « le monstre capitaliste ».

Néanmoins, Trump (comme Modi, Erdogan et d’autres crypto-fascistoïdes) produit « un faux effet de nouveauté » et « l’impression d’une nouveauté artificielle, d’un langage différent, de promesses violentes, […] différentes de celles qu’offrent les politiciens classiques, lesquels s’appuient sur la bourgeoisie cultivée ». Si un gouvernement veut, aujourd’hui, déroger à l’unique « loi de la concentration planétaire du Capital », il est voué à disparaître ! C’est pourquoi il s’agit de promouvoir une autre « Idée », afin de surpasser cette sorte de « fascisme démocratique » aujourd’hui emmené par « le milliardaire vulgaire et incohérent » Trump, « qui est un raciste, un machiste, un violent – tout ce qui relève d’une subjectivité fasciste », doublée d’une « haine cachée des intellectuels ». La tâche est urgente ! Car « l’indispensable guerre économique » engagée par Trump, notamment contre la Chine, est « le préliminaire probable d’une guerre tout court, à laquelle, plus ou moins secrètement, tous les États du monde qui en ont les moyens se préparent »

Trump Alain Badiou, PUF, coll. « Perspectives critiques », 104 pages, 11 euros.

Idées
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »
Entretien 16 juillet 2024 abonné·es

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »

La Ve République est tombée dans une impasse politique. Gilles Richard, historien des droites du XXe siècle, esquisse la possibilité d’un rapprochement entre les droites néolibérales et européistes au Parlement. Et redoute qu’Emmanuel Macron n’active l’article 16 de la Constitution.
Par Tristan Dereuddre
Contre la haine en cravate
Histoire 16 juillet 2024 abonné·es

Contre la haine en cravate

L’actualité française et internationale nous rappelle tout l’intérêt de l’enquête de l’historien Mark Bray sur l’antifascisme de 1945 jusqu’à nos jours, des deux côtés de l’Atlantique.
Par Olivier Doubre
Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite
Médias 11 juillet 2024

Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite

Spécialiste en sciences de la communication, François Jost montre le danger pour la démocratie de la concentration des médias entre des grands groupes privés. Et dénonce comment les médias Bolloré contournent leur obligation légale de pluralisme des opinions.
Par Olivier Doubre
Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !
Chronique 11 juillet 2024

Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !

Kaoutar Harchi souligne la place centrale des militants des quartiers populaires au sein de la gauche, dont certains ont pu accéder aux bancs de l’Assemblée nationale. Et qui laissent espérer pour ce pays un autre avenir que celui qui semblait, le 7 juillet, scellé.
Par Kaoutar Harchi