Les angles morts du plan antiséparatisme

Le projet présenté par Emmanuel Macron est marqué par l’occultation des causes sociales de certains replis identitaires.

Voici donc le premier volet du plan antiséparatisme islamique annoncé de longue date et présenté le 18 février par Emmanuel Macron. La mesure phare réside dans la fin de ce qu’on appelle l’islam consulaire, c’est-à-dire le système de détachement d’imams venus principalement de Turquie, du Maroc et d’Algérie, et de financement de mosquées par ces mêmes États. À charge pour le Conseil français du culte musulman (CFCM) de proposer d’ici à six semaines un système de remplacement incluant d’autres modes de…

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents