« Ceux qui peuvent encore travailler ne comptent pas leurs heures »

Aujourd’hui dans #lesdéconfinés, Pierre*, journaliste reporter d’images dans un groupe de télévision, continue reportages et duplex dans une rédaction décimée.

Victor Le Boisselier  • 28 mars 2020
Partager :
« Ceux qui peuvent encore travailler ne comptent pas leurs heures »
© photo d'illustration : FRANK RUMPENHORST / DPA / dpa Picture-Alliance

Entre les malades, ceux qui ont été en contact avec les malades, les parents sans solution de garde et les personnes à risque, la rédaction s’est réduite à peau de chagrin. Et pourtant, chaque jour, il faut produire plusieurs nouvelles éditions, 100% coronavirus. Alors ceux qui peuvent encore travailler ne comptent pas leurs heures.

Pour entrer dans la rédaction, il faut saisir le petit thermomètre à disposition et le placer près du front. S’il indique une température supérieure à 38°, on ne rentre pas. Enfin, en théorie, car l’objet est capricieux. Il aurait estimé la température de certains à 30°… Le gel hydro-alcoolique coule à flots. À l’entrée, dans les ascenseurs, dans les couloirs, il n’y a qu’à se servir.

#Lesdéconfinés, une série de témoignages sur le travail et les nouvelles solidarités pendant le confinement. Nous cherchons des témoignages de personnes qui ne vivent pas leur confinement comme tout le monde. Si vous êtes obligés de sortir pour travailler ou si vous devez sortir pour créer de nouvelles solidarités (association, voisinage), racontez-nous votre expérience et envoyez-nous un mail.
On ne peut pas en dire autant des masques. Comme partout ailleurs, il n’y en a pas assez. Ils sont donc réservés aux tournages en zone à risque de contagion : clusters, hôpitaux… Pourtant, notre métier nous amène à rencontrer des dizaines d’inconnus quotidiennement : nous sommes bien loin des cinq interactions sociales recommandées par jour.

Vivre une période historique de l’intérieur

Nous n’avons pas d’autre choix que de nous tenir à plus d’un mètre des personnes interrogées, le micro surmonté d’une charlotte jetable. À l’écran, ce n’est pas très esthétique, mais ça protège. Quant au matériel de tournage, n’étant pas individuel, il faut le désinfecter soi-même avec des lingettes.

Pour nous rendre sur les lieux de tournage, nous utilisons la voiture. Le passager va à l’arrière, pour tenter de respecter le mètre de distance, mais cela est-il suffisant ?

Souvent, les personnes confinées ne souhaitent pas nous recevoir, on se tourne alors vers Skype ou les appels téléphoniques, avec les soucis techniques que cela peut engendrer.

Malgré les conditions difficiles, on retire une vraie fierté du travail accompli tous ensemble à la fin de la journée. Cette crise sanitaire nous stresse beaucoup, car toutes nos journées tournent autour du coronavirus. Mais les circonstances nous procurent aussi l’impression de vivre une période historique de l’intérieur.

Il y aussi un côté agréable. Le matin, prendre le métro comme d’habitude mais sillonner Paris et sa région sous un ciel bleu d’une pureté jamais vue, entendre les oiseaux dans les rues désertes.

*Le prénom a été modifié.

Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don