« Le Cinéma par la danse », d'Hervé Gauville : Pas de deux

Consacré aux relations entre danse et cinéma, l’essai d’Hervé Gauville marque par son écriture subtile, technique et sensible.

Il y a concomitance entre la naissance du cinéma et l’avènement de la danse moderne. Nous sommes en 1895. Pour le cinéma, tout commence par un épisode connu. Les frères Lumière organisent la première projection payante au Salon indien du Grand Café, boulevard des Capucines, à Paris. Bientôt, les cinéastes ajouteront à leur catalogue de nombreux films de danse, des danses d’amateurs, des fêtes populaires. Pour la danse, c’est à Loïe Fuller que l’on doit l’une des révolutions du genre. Sur scène, y compris à…

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.