Le festival du film d'Aubagne sur le Net

Notre Voyage autour de nos chambres #9 vous propose de suivre la 21e édition du Festival International du Film d’Aubagne Music & Cinéma qui se déroule du 30 mars au 4 avril dans une version dématérialisée : une initiative très singulière.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Suite aux diverses mesures de restriction de la vie sociale et culturelle en France provoquées par la pandémie du nouveau coronavirus, le Festival International du Film d’Aubagne Music & Cinéma a dû être annulé « physiquement ». Mettant à profit les possibilités de diffusion offertes par internet, il va tout de même se dérouler « virtuellement » aux dates initialement prévues.

Du lundi 30 mars au samedi 4 avril, la majeure partie de la programmation – trois quarts des longs métrages et tous les courts métrages – est ainsi proposée gratuitement en SVOD (service de vidéo à la demande) via le site du festival. Il suffit à l’internaute de créer un compte pour y avoir accès. Chaque film est visible pendant 24 heures.

D'un squat à la communauté innue

Parmi les longs métrages en compétition, signalons d’abord Binti (photos) de Frederike Migom (diffusé vendredi 3 avril), dont le récit s’articule autour de la figure de Binti, fillette radieuse vivant avec son père dans un squat sous le coup d’une menace d’expulsion… La BO de ce film à la dynamique très positive est composée par Le Motel, jeune producteur électro/hip-hop bruxellois, auteur d’un excellent EP sorti en janvier.

© Politis

Autre long métrage en compétition, Kuessipan de Myriam Verreault (diffusé également vendredi 3 avril) se déroule au sein de la communauté innuel’une des principales populations autochtones du Québec – et aborde en filigrane des thèmes universels tels que l’identité culturelle, la liberté et le respect de l’autre. Louis-Jean Cormier, auteur-compositeur-interprète québécois à l’univers musical bariolé, signe la BO du film.

Borderline

Du côté des (nombreux) courts métrages, citons par exemple Grenzgänger – Sinfonie einer Mauerstadt d’Andreas Göx (également auteur de la musique). Juxtaposant des images du Berlin de l’époque du Mur avec des images du Berlin d’aujourd’hui, le film est rythmé par une musique originale au piano dans le style des accompagnements classiques de films muets.

S’ajoute une nuit du court borderline (toujours vendredi 3 avril). Réunissant onze courts hors normes, elle présente en première partie Asile, un moyen métrage documentaire de Victor Ridley, de 52 minutes décrivant la vie d’un adolescent afghan qui tente d’obtenir un droit d’asile en Belgique.

En sus du programme de films, les divers dispositifs d’aide à la professionnalisation proposés par le festival sont maintenus en visio-conférences – notamment le Marché européen de la composition musicale pour l’image, une plateforme de mise en connexion entre les réalisateurs-producteurs et les compositeurs autour de projets cinématographiques.

D’autant plus louable qu’elle a été imaginée et réalisée en très peu de temps, cette idée originale d’un festival en ligne va certainement faire des émules dans les semaines qui viennent…

Festival International du Film d’Aubagne Music & Cinéma

Lire aussi > Voyage autour de nos chambres #8

Pour lire tous les articles de la série > RDV dans la rubrique Culture


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.