Le Grand Paris, vaste coquille vide

Pensée en 2014 comme un outil pour rééquilibrer les disparités entre la capitale et ses banlieues, la Métropole ne sert à rien : les pouvoirs et les moyens restent entre les mains des 131 maires.

Michel Soudais  • 4 mars 2020 abonné·es
Le Grand Paris, vaste coquille vide
© Robbert Frank Hagens/AFP

Elle n’existait pas encore lors du scrutin municipal de 2014. Mise en place au 1er janvier 2016, la Métropole du Grand Paris, en abréviation MGP, connaîtra les 15 et 22 mars son premier renouvellement. À la satisfaction de son président, qui veut croire à son avenir. « En quatre ans, nous avons rendu la métropole lisible et crédible », estime Patrick Ollier (Les Républicains). Pourtant, cette intercommunalité taille XXL de 7,2 millions d’habitants est très rarement évoquée par les candidats des 131 communes qui la composent (1). Et les citoyens ignorent pour la plupart son mode de fonctionnement, ses compétences, quand ce n’est pas tout bonnement son existence. Ils connaissent au mieux le « territoire » auquel appartient leur commune – « Grand Paris Seine Ouest », « Est Ensemble », « Grand Paris Sud Est Avenir –, le nom de ce dernier étant depuis plus ou moins longtemps inscrit sur leur poubelle, ils ne peuvent le manquer.

Même les élu·es sont tenu·es à distance des décisions métropolitaines. Ici, une conseillère territoriale (FI) assure qu’aucun compte rendu de ce qui s’y décide n’est jamais évoqué en conseil municipal. Là, un conseiller municipal EELV pressenti pour être l’un des seize représentants de sa commune au conseil de territoire (la désignation se fait en conseil municipal à la proportionnelle des groupes) s’est vu barrer la route par la maire LR qui a imposé qu’EELV y envoie une élue moins aguerrie et connue pour son absentéisme. Un élu au Conseil de Paris n’a aucun souvenir d’un débat dans cette assemblée sur le mandat que les représentants de Paris pourraient porter au Conseil métropolitain : « On ne nous demande pas notre avis, on ne nous raconte rien. »

Après quatre ans d’existence, les objectifs que ses concepteurs avaient fixés à la MGP sont très loin

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Entre l’intersyndicale et la Nupes, l’occasion manquée
Luttes 31 mai 2023 abonné·es

Entre l’intersyndicale et la Nupes, l’occasion manquée

Alors que l’hiver et le printemps ont été marqués par le plus grand mouvement social de ces dernières décennies, la gauche et les syndicats n’ont que peu réussi à travailler ensemble. La faute, notamment, à une défiance réciproque.
Par Pierre Jequier-Zalc
Derrière les retraites, une bataille constitutionnelle
Parlement 30 mai 2023 abonné·es

Derrière les retraites, une bataille constitutionnelle

La proposition de loi du groupe Liot veut abroger la réforme de Macron pour remettre à plat notre système de retraite par « une vraie concertation ». Pour le gouvernement, prêt à s’y opposer par tous les moyens, c’est « inacceptable ».
Par Michel Soudais
« La stratégie de Darmanin rappelle celle des années 30 »
Démocratie 3 mai 2023 libéré

« La stratégie de Darmanin rappelle celle des années 30 »

Michaël Fœssel, philosophe et auteur de Récidive. 1938, se penche sur notre démocratie, qui semble plus fragilisée que jamais. Si, pour lui, Macron n’est pas Daladier, la stratégie du gouvernement prend parfois des allures inquiétantes des années d’avant la seconde guerre mondiale.
Par Olivier Doubre
Européennes : l’ombre de l’éparpillement à gauche 
Analyse 26 avril 2023 abonné·es

Européennes : l’ombre de l’éparpillement à gauche 

Les insoumis plaident pour une liste unique en 2024. Mais ils sont bien seuls : écologistes et communistes tenteront probablement leur chance en solitaire. Si leur appel à débattre de l’Europe n’est pas entendu, les socialistes se prépareront à se lancer séparément.
Par Lucas Sarafian