« Face à la pénurie, les masques en tissu, c’est mieux que rien »

Aujourd'hui dans #lesdéconfinés, Julie, couturière en Gironde. Son atelier étant fermé, elle confectionne des masques en tissu pour celles et ceux qui en manquent.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Un jour, une infirmière m'a contactée en me disant qu'elle n'avait plus de stock de masques, et qu'elle avait vu sur Internet un patron élaboré par le CHU de Grenoble. Elle voulait savoir si je pouvais lui confectionner quelques masques en tissu.

J'ai fait un premier prototype que j’ai légèrement modifié afin qu'il soit le plus couvrant et efficace possible. Puis tout s'est enchaîné : j’ai reçu des demandes d'autres aides-soignantes, d'infirmières, de vétérinaires, de l’hôpital de Cadillac, de l’Ehpad de Bordeaux... Puis de toute la France !

Je ne pouvais pas tout réaliser seule alors j’ai contacté les couturières autour de chez moi. Puis j'ai créé le groupe sur Facebook Les petits masques solidaires pour former un vrai réseau national afin que l’offre et la demande en masques se rejoignent. Nous essayons aussi d’aider la Polynésie et d’autres îles des DOM-TOM. Une carte interactive est mise à jour régulièrement concernant les besoins en masques, les couturières disponibles, les dons et les points de collecte.

La question de la matière première est cruciale : un fichier des fournitures autorisées ou non permet d’encadrer tout ça. Et pour faire face à l’épuisement des stocks, nous sollicitons les supermarchés que nous équipons aussi en masques. Ils nous donnent de l’élastique venant de leur rayon mercerie ainsi que des draps en polyester car c’est cette matière qui joue le rôle de barrière filtre, entre les deux couches de coton.

PGJsb2NrcXVvdGUgY2xhc3M9InR3aXR0ZXItdHdlZXQiIGFsaWduPSJjZW50ZXIiPjxwIGxhbmc9ImZyIiBkaXI9Imx0ciI+7aC+7bagTGEgY2zDqSBkZSBsYSBsdXR0ZSBjb250cmUgbGEgcHJvcGFnYXRpb24gZHUgPGEgaHJlZj0iaHR0cHM6Ly90d2l0dGVyLmNvbS9oYXNodGFnL2Nvcm9uYXZpcnVzP3NyYz1oYXNoJmFtcDtyZWZfc3JjPXR3c3JjJTVFdGZ3Ij4jY29yb25hdmlydXM8L2E+IGVzdCBs4oCZYXBwbGljYXRpb24gc3RyaWN0ZSBkZXMgbWVzdXJlcyBiYXJyacOocmVzIDxicj7toL7ttLLtoLztv7wgPGEgaHJlZj0iaHR0cHM6Ly90d2l0dGVyLmNvbS9oYXNodGFnL2xhdmV6dm91c2xlc21haW5zP3NyYz1oYXNoJmFtcDtyZWZfc3JjPXR3c3JjJTVFdGZ3Ij4jbGF2ZXp2b3VzbGVzbWFpbnM8L2E+PGJyPu2gve24tyA8YSBocmVmPSJodHRwczovL3R3aXR0ZXIuY29tL2hhc2h0YWcvbWFzcXVlP3NyYz1oYXNoJmFtcDtyZWZfc3JjPXR3c3JjJTVFdGZ3Ij4jbWFzcXVlPC9hPjxicj7toLztv6A8YSBocmVmPSJodHRwczovL3R3aXR0ZXIuY29tL2hhc2h0YWcvQ29uZmluZW1lbnQ/c3JjPWhhc2gmYW1wO3JlZl9zcmM9dHdzcmMlNUV0ZnciPiNDb25maW5lbWVudDwvYT48YnI+PGJyPuKkte+4jyB0dXRvIHZhbGlkw6kgcGFyIGxlIENIVSBHcmVub2JsZSBwb3VyIGNvbmZlY3Rpb25uZXIgdW4gbWFzcXVlIGVuIHRpc3N1IDxhIGhyZWY9Imh0dHBzOi8vdHdpdHRlci5jb20vaGFzaHRhZy9Qcmlvcml0ZUNvbmZpbmVtZW50P3NyYz1oYXNoJmFtcDtyZWZfc3JjPXR3c3JjJTVFdGZ3Ij4jUHJpb3JpdGVDb25maW5lbWVudDwvYT4gPGEgaHJlZj0iaHR0cHM6Ly90d2l0dGVyLmNvbS9oYXNodGFnL1N0YXlBdEhvbWU/c3JjPWhhc2gmYW1wO3JlZl9zcmM9dHdzcmMlNUV0ZnciPiNTdGF5QXRIb21lPC9hPiA8YSBocmVmPSJodHRwczovL3R3aXR0ZXIuY29tL2hhc2h0YWcvQ09WSUQlRTMlODMlQkMxOT9zcmM9aGFzaCZhbXA7cmVmX3NyYz10d3NyYyU1RXRmdyI+I0NPVklE44O8MTk8L2E+IDxhIGhyZWY9Imh0dHBzOi8vdC5jby9yODNubWoxN3JyIj5waWMudHdpdHRlci5jb20vcjgzbm1qMTdycjwvYT48L3A+Jm1kYXNoOyBDbGFyaXNzZSBBdWRpZ2llci1WYWxldHRlIChAQ0F1ZGlnaWVyVmFsZXR0KSA8YSBocmVmPSJodHRwczovL3R3aXR0ZXIuY29tL0NBdWRpZ2llclZhbGV0dC9zdGF0dXMvMTIzODk2NTgyOTIyNTYyNzY0OT9yZWZfc3JjPXR3c3JjJTVFdGZ3Ij5NYXJjaCAxNCwgMjAyMDwvYT48L2Jsb2NrcXVvdGU+CjxzY3JpcHQgYXN5bmMgc3JjPSJodHRwczovL3BsYXRmb3JtLnR3aXR0ZXIuY29tL3dpZGdldHMuanMiIGNoYXJzZXQ9InV0Zi04Ij48L3NjcmlwdD4K

Je suis attentive à diffuser les protocoles d’hygiène à toutes celles et ceux qui manipulent les masques. Autant les professionnels de santé savent que c'est un masque en tissu qui ne dure que 3-4 heures, qu'il faut se laver les mains, que ce n'est qu'une première barrière qui ne protège en aucun cas du Covid-19… Autant les autres personnes comme les boulangers, les personnes en contact avec les enfants, ou les caissières ne les connaissent pas forcément et peuvent transmettre le virus sans le savoir en ne respectant pas les règles d’usage.

Même si ce prototype de masque provient de l’hôpital de Grenoble, il n’est pas encore homologué. Il faut rappeler qu'il ne remplace pas ceux des catégories 2 et 3. J’en ai beaucoup discuté avec des médecins, des infirmières, des pneumologues, et la plupart reconnaissent que face à la pénurie, c’est mieux que rien…

Les hôpitaux psy, les Ehpad, les pharmacies ne sont pas considérés comme prioritaires pour recevoir de vrais masques FFP2. À l'hôpital de Tarbes par exemple, les étages consacrés aux patients atteint par le Covid-19 sont protégés mais pas les autres ! Mes parents travaillent dans le milieu hospitalier, ma sœur dans un Ehpad et ils n’ont pas de masques. C’est incompréhensible alors j’ai agi avec mon savoir-faire.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents