Le confinement sous l'œil de Gil : #3 L'espace temps

Coincé en appartement à Paris, pour des semaines… la double peine pour un photographe pro ! Mais après quelques jours à ruminer, Gil Lefauconnier a trouvé l'échappatoire : il s'est lancé dans un journal visuel de ses états d'âme. Et il nous inspire à notre tour. Aujourd'hui, l'illusion du temps disponible (comme si on était en congé sabbatique…).

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


N'avez-vous pas senti votre cœur se serrer de gravité, mais aussi bondir d’espérance, ce 16 mars dernier ? À 20h05, dans son « adresse aux Français », Emmanuel Macron annonçait « la réduction de nos déplacements ». Ce confinement inattendu, ce claquemurement imposé, n'était-il pas l'occasion inespéré d’une évasion de la prison quotidienne ?

© Politis

Vous alliez classer 15 années de photos en retard, reprendre l’apprentissage du kabyle et même engager l’écriture d’un roman. Vous étiez lionne, convertisseur de mauvaise fortune. Détermination, discipline, enthousiasme, constance. C'était il y a 18 jours, vous vous rappelez ?

Et vous, qu’avez-vous fait de votre temps « libre » ? Quelle serait votre 4 e photo ?

Pour lire tous les épisodes de la série photo : L'œil de Gil, cliquez ici.


Haut de page

Voir aussi

Solastagie, le spleen de la nature perdue

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents