Le confinement sous l'œil de Gil : #4 la promiscuité horizontale

Coincé en appartement à Paris, le photographe Gil Lefauconnier nous livre le journal visuel de ses états d'âme. Et il nous inspire à notre tour. Aujourd'hui, le couple à bonne distance (si proche, si lointain…).

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Oula-la-la, vous l’avez sentie pulser, l’injonction sournoise, sur la place publique numérique ? La promiscuité imposée, une aubaine pour les couples, non ? Mes gaillard·es, trois couches de confinement (domicile, chambre, lit), qu’est-ce qu’il vous faut de plus comme autorisation pour vous adonner à de la galipette adolescente, sans horaire ni limitation de cadence ?

© Politis

Ah, le piège délétère de l’air du temps : performez, jouissez, démontrez… Alors merci à l’apaisante sexperte Maïa Mazaurette, qui nous détend : « N’allez pas ajouter de la pression sexuelle à la pression du coronavirus ». Peut-être y aura-t-il un pic de « bébés de Noël ». On relève en tout cas une explosion des demandes de divorce en Chine après la levée du confinement.

Et chez vous…, ça va ? Quelle serait votre 4ephoto ?

Pour lire tous les épisodes de la série photo : L'œil de Gil, cliquez ici.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.