« Conduire son émancipation culturelle »

Et si nous profitions de cette période où les lieux de diffusion sont fermés et les festivals annulés pour modifier le spectateur ou la spectatrice que nous sommes ? suggère le philosophe Christian Ruby.

Christophe Kantcheff  • 13 mai 2020 abonné·es
« Conduire son émancipation culturelle »
© Alors que nous ne pouvons plus aller en salle (ici l’Olympia), ce sont les œuvres qui viennent massivement à nous via Internet.Photo : STAFF / AFP

Les effets des mesures sanitaires prises contre le Covid-19 touchent gravement les milieux des arts et de la culture, la plupart des mesures annoncées par Emmanuel Macron le 6 mai restant trop vagues pour rassurer. Mais comment le public, sevré de spectacles et d’œuvres nouvelles, peut-il vivre cette période de confinement culturel prolongé ? Les réponses de Christian Ruby, philosophe, auteur de plusieurs livres sur la question du spectateur (1).

Il n’y aura pas de festival, pas de grands rendez-vous artistiques cet été. Qu’en est-il du public, littéralement désœuvré ?

Christian Ruby : Votre question renvoie implicitement aux travaux du philosophe Jean-Luc Nancy.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Musique
Temps de lecture : 7 minutes