Le confinement sous l’œil de Gil : #18 le livre

Coincé en appartement à Paris, le photographe Gil Lefauconnier nous livre le journal visuel de ses états d’âme. Et il nous inspire à notre tour. Aujourd’hui, les bouquins, vieux complices de papier (et nouveaux compagnons numériques…)

Patrick Piro  • 7 mai 2020
Partager :
Le confinement sous l’œil de Gil : #18 le livre
© photo : Gil Lefauconnier

Avec le confinement, les Français·es lisent plus que jamais : +42 % selon un sondage de l’Ifop. Un bond presque aussi violent que pour les séries, les jeux vidéos ou les films. Et pour la première fois peut-être, vous avez connu l’angoisse de la « Pile à lire » qui s’épuise. Et les librairies ont fermé, considérées « non essentielles » et par manque de clients. Certaines versent dans le retrait rapide (drive ou click and collect, beurk anglicismes…), tentant de concurrencer l’ogre Amazon, mais nombreuses luttent pour leur survie. Alors, relire « ses » classiques, comme le conseillent de doctes avis ? « Le Hussard sur le toit » de Giono, « La Peste » de Camus, etc. Au secours, des bouquins de crise sanitaire et de quarantaine !

© Politis

Photographe professionnel depuis 25 ans, Gil Lefauconnier est aussi à l'aise dans la photo d'entreprise que dans le reportage de presse, il concentre son travail sur l'être humain et sa diversité. Retrouvez-le aussi sur Instagram.
Heureusement, il y a les circuits d’échange de livres (devenus plus ou moins clandestins). Mais… ne colporteraient-ils pas le coronavirus ? Non, l’engouement pour la lecture confinée vient d’ailleurs : c’est l’explosion des achats d’ouvrages numériques (les e-books, re-beurk). Mais novices, gare aux chicanes ! Choisissez bien votre librairie numérique, informez-vous sur les normes techniques et verrouillages, mais aussi sur les performances des liseuses. Pour le reste, c’est comme avant mais à distance : il existe des appli pour échanger entre lecteurices, et même des salons du livre virtuels pour fans de lecture sous confinement !

Et vous, la couverture de votre livre de chevet (comme on dit), c’est papier ou écran ?

Pour lire tous les épisodes de la série photo : L’œil de Gil, cliquez ici.

Société
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé
Mobilisation 11 juin 2024

Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé

Les organisations syndicales veulent poursuivre l’esprit unitaire de la bataille des retraites, conscientes, comme la société civile, que le combat ne fait que commencer jusqu’aux législatives.
Par Hugo Boursier
Kylian « Megalopolis » Mbappé
Sport 4 juin 2024 abonné·es

Kylian « Megalopolis » Mbappé

L’attaquant français rejoint logiquement le Real Madrid au terme d’un exercice de communication parfaitement maîtrisé. Le capitaine des Bleus est un des Français les plus médiatiques et influents aujourd’hui, ce qu’Emmanuel Macron a bien compris.
Par Nicolas Kssis-Martov
« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître