Le piège populiste

On ne peut pas reprocher au professeur Raoult d’avoir essayé, mais on peut lui faire grief de se défendre davantage en politique qu’en scientifique, et d’avoir déplacé le débat sur sa personne.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le grand historien Marc Bloch n’aimait pas que l’idéologie fasse irruption dans sa science. Il illustrait cette méfiance d’une formule : « Partisans et adversaires de Robespierre, cessez de vous quereller, et dites-nous seulement quel fut réellement Robespierre ». L’affaire de l’hydroxychloroquine, qui n’en finit pas de rebondir, donne un exemple inquiétant de ce mélange des genres que redoutait Marc Bloch. Quand l’efficacité d’une molécule se juge à l’audimat. Et quand tout le monde a une opinion, alors que personne ne sait… On croyait, nous autres, pauvres ignorants, tenir enfin un bout de vérité lorsque la prestigieuse revue britannique The Lancet a rendu publique une étude géante concluant que le médicament n’avait non seulement aucune efficacité contre le coronavirus, mais qu’il présentait de surcroît des risques sérieux ayant entraîné des complications cardiaques chez quelques-uns des quinze mille patients répertoriés. On le croyait d’autant plus que The Lancet était la quatrième revue à parvenir à peu près à la même conclusion. Mais c’était sans compter avec la pugnacité du professeur Raoult, qui s’est empressé de qualifier de « foireuse » l’étude de The Lancet. Et de faire donner quelques-uns de ses affidés pour nous dire à quel point cette revue et toutes les autres étaient incompétentes et corrompues.

Du coup, le débat n’en finit pas de dériver. Et c’est cette dérive qui nous intéresse et nous inquiète, parce qu’elle nous dit quelque chose du moment politique que nous vivons. Il faut dire que le professeur, qui s’était déjà singularisé dans un passé récent par son climato-scepticisme (« le réchauffement climatique, moi, à titre personnel, je ne le vois pas [1] »), est le premier responsable de ce glissement. Son triomphalisme aux premières heures de la pandémie a pu faire croire au remède miracle. Cette publicité imprudente lui a attiré le reproche de n’avoir pas livré les informations qui auraient fiabilisé sa méthode. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait ? Mystère. Un manquement à l’éthique suggère le professeur Axel Kahn (2), qui ne nie pas, par ailleurs, « la grande valeur » de l’infectiologue marseillais. La suite est plus problématique encore. Une banderole géante de soutien à Didier Raoult s’est déployée au fronton de l’Institut hospitalo-universitaire qu’il dirige. Les réseaux sociaux se sont enflammés pour soutenir celui qui était devenu la victime des grands labos et des élites parisiennes. Et voilà même qu’une camionnette publicitaire sillonne les rues de Marseille pour assurer la publicité du grand homme, portrait géant à l’appui. Si le mot populisme a encore un sens, c’est bien ici.

Aux critiques, le professeur a répondu, disons orgueilleusement, que ses collègues du comité scientifique « ne sont pas au niveau ». Comme la plupart de ses pairs, il s’est pourtant beaucoup trompé, et sur un ton qui n’admettait pas la réplique. Le 21 mars, dans un entretien à La Provence, il risque un pronostic : « On en est à 500 morts. On va voir si on arrive à en tuer dix mille, mais ça m’étonnerait ». Il se gaussait de « cette espèce de soufflé anxiogène qui monte ». Ajoutant, pour finir : « Je suis scientifique, c’est ce qui manque dans notre pays. » Et encore : « Dans mon monde, je suis une star mondiale. » Narcisse en son miroir… On ne peut pas reprocher au professeur Raoult d’avoir essayé, mais on peut lui faire grief de se défendre davantage en politique qu’en scientifique, et d’avoir déplacé le débat sur sa personne. Mais il n’est pas seul responsable de cette dérive. De nombreuses personnalités politiques sont montées au créneau pour le défendre, voyant sans doute en lui un nouveau « gilet jaune ». Pourquoi pas ? Mais alors, on est loin du coronavirus…

Comble de malchance, le médicament miracle de l’infectiologue marseillais a sur terre deux supporters encombrants : Donald Trump et Jair Bolsonaro, figures grotesques et dangereuses du populisme mondialisé. Il ne manquait plus à ce tableau que l’inquiétant Michel Onfray, qui vient de recruter le professeur au milieu d’une belle galerie de droite extrême, pour lancer sa revue Front populaire. Onfray fait lui aussi partie de ces célébrités, nombreuses de nos jours, qui ont trouvé un truc pour exister : ils « brisent des tabous ». Ce sont généralement des portes grandes ouvertes qu’ils enfoncent avec fracas. En fait de tabou brisé, Onfray donne la parole à toutes les nuances de l’extrême droite. Comme si celle-ci était sevrée de médias. Et Didier Raoult se retrouve là, rebelle parmi les rebelles, quoique soutenu par à peu près tout l’establishment politique de la droite marseillaise. Ce populisme rance a si bonne presse qu’Emmanuel Macron s’est dit qu’il n’y avait pas de raisons qu’il n’en profite pas lui aussi. Il a donc rendu une visite fortement médiatisée à Didier Raoult, semblant prendre parti dans une polémique à laquelle, comme nous, il n’entendait rien. Puis il a téléphoné à Éric Zemmour pour l’assurer de son soutien, après que le provocateur extrême-droitier eut été insulté dans la rue. Puis au comique poujadiste Jean-Marie Bigard, qui l’interpellait sur le mode « Rouvre les bars ! ». Enfin, il a appelé le vicomte de Villiers, héritier des Vendéens d’Ancien Régime, pour l’assurer que le Puy du Fou rouvrirait avant tout autre spectacle vivant. Le Président ratisse large. Il veut sans doute faire peuple. Quelle piètre idée il se fait du peuple ! Mais il contribue surtout à entretenir un climat politique délétère.

(1) L’Obs du 30 avril.

(2) « C à vous », le 19 mai.


Haut de page

Voir aussi

Boiron : les salariés s’estiment victimes des mauvais choix de l’entreprise

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents