Masque obligatoire : les inégalités au grand jour

À partir du lundi 11 mai, le port du masque sera obligatoire dans les transports publics ainsi que dans certaines entreprises. Sans accès gratuit aux masques pour tous, cette obligation interroge.

Pauline Josse  • 7 mai 2020
Partager :
Masque obligatoire : les inégalités au grand jour
© Photo : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP

Depuis le début de la semaine, les paquets de masques se succèdent sur son tapis. Claire* est hôtesse de caisse à Auchan et, tout comme dans les enseignes concurrentes, la vente de masques chirurgicaux ou en tissu y est autorisée depuis le 4 mai. De l’autre côté du plexiglas, ce n’est qu’après le décès d’Aïcha Issadounène, hôtesse au Carrefour de Saint-Denis, le 28 mars dernier, que Claire et ses collègues se sont vu remettre des masques par leur entreprise. Avant cela, chacun·e s’équipait comme il ou elle pouvait, avec ses propres moyens. Au risque de se faire recadrer par la direction : « Ceux qui avaient ramené leurs masques au début du confinement ont été convoqués car cela donnait une mauvaise image auprès des clients. La direction s’est justifiée en expliquant qu’elle craignait que des employés malades viennent travailler », raconte Claire. Aujourd’hui la doctrine a radicalement changé dans ce Auchan de la région parisienne puisque le port de masques chirurgicaux est devenu obligatoire pour tou·tes les employé·es à la caisse.

À compter du lundi 11 mai, cette obligation pourrait concerner bien d’autres entreprises. Même si la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, préconise de privilégier la distanciation physique et les gestes barrières dans son protocole de déconfinement, le port du masque pourrait devenir obligatoire dans le cas où la distanciation physique serait impossible à mettre en œuvre. C’est alors à l’employeur d’évaluer les risques pour ses salarié·es et de constituer un stock de masques en conséquence d’ici à la reprise.

« En rendant les masques obligatoires et payants, le gouvernement astreint les employeurs à une charge supplémentaire, des employeurs qui ont déjà été mis à mal pendant la période de confinement » regrette Pierre-Gaël Laveder, juriste spécialisé en droit social. Sans compter les difficultés pour les petites et moyennes entreprises à se fournir sur le marché du masque, largement favorable aux plus gros acquéreurs. « En tant que juristes, on n’aime pas vraiment les périodes comme celle que nous traversons, car elles sont le prétexte à un grand nombre d’exceptions, notamment dans le respect du code du travail », poursuit-il.

Dans la précipitation, la protection des salarié·es en péril {: class= »ui-droppable » }

Avec la crise économique en toile de fond, le juriste redoute que la reprise à marche forcée de l’activité se fasse au détriment de la santé des travailleurs et des travailleuses. Il conseille aux salarié·es qui craignent d’être contaminé·es par leurs collègues, faute de masques fournis à tou·tes par leurs employeurs, de se tourner dès que possible vers les élu·es du personnel ainsi que vers l’inspection du travail. « On ne pourra malheureusement y voir plus clair dans les droits et obligations de chacun que lorsque des décisions de justice seront rendues. »

Pour Céline Verzeletti, secrétaire confédérale de la CGT, le protocole de déconfinement du ministère du Travail est largement insuffisant en termes de mesures pour protéger la santé des salarié·es. Avant tout, elle s’interroge sur la valeur juridique de ce protocole en cas de litige : « Aujourd’hui, on se demande si un employeur qui applique à la lettre les préconisations du gouvernement sera dégagé de toute responsabilité si un de ses salariés est contaminé. Est-ce que, dans une certaine mesure, cela va le dédouaner devant la justice ? »

C’est en tout cas la direction prise par le Sénat lundi 4 mai. Il a adopté, contre l’avis du gouvernement, un amendement d’irresponsabilité pénale pour les décideurs. Il stipule que, dans le contexte d’état d’urgence sanitaire, _« nul ne peut voir sa responsabilité engagée du fait d’avoir soit exposé autrui à un risque de contamination, soit causé ou contribué à causer une telle contamination », sauf si les faits ont été commis « par imprudence ou négligence » ou « en violation manifestement délibérée […] d’une obligation particulière de prudence ou de sécurité ». Selon Anne Vincent, juriste spécialisée en droit social, ces réponses seront à l’appréciation des juges. Et depuis le début du confinement, « ils sont très vigilants sur les conditions de reprise de l’activité, comme l’illustrent les affaires Amazon, Carrefour ou La Poste ».

Des masques disponibles partout… à la vente {: class= »ui-droppable » }

Le seul cadre où le port du masque sera systématiquement obligatoire est celui des transports publics. Là encore, l’application de cette obligation soulève des interrogations. Comme le rapporte Céline Verzeletti, « les transporteurs sont inquiets. Ils ne savent pas comment ils vont faire appliquer cette obligation, qui va empêcher un voyageur de monter à bord ou le faire descendre s’il ne porte pas de masque », en prenant le risque de perturber la circulation s’il faut arrêter le bus par exemple. Selon le secrétaire d’État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, la tâche incomberait aux forces de l’ordre ainsi qu’aux agents de sécurité des opérateurs de transport. Ils pourraient également être amenés à infliger des amendes aux voyageurs sans masque. Le montant serait similaire à celui qui était prévu en cas d’absence d’attestation de sortie, soit 135 euros.

Dans les colonnes du JDD, la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, a assuré que des masques seront en vente aux différentes bornes et guichets du réseau RATP à partir du 11 mai. Les masques chirurgicaux seront vendus 95 centimes pièce, le prix plafonné par le ministère de l’Économie. Une stratégie opposée à celle suivie par l’Espagne, où les masques sont également obligatoires dans les transports en commun, mais remis gratuitement aux usagers à visage découvert :

« Quand on sait qu’il faut au moins deux masques de ce type par jour pour une journée de travail, en faisant l’addition on se rend vite compte du budget que cela peut représenter pour les familles les plus modestes. Certains n’ont pas les moyens. Vu les disparités de distribution gratuite d’une collectivité à l’autre, cette obligation devient injuste », dénonce Céline Verzeletti, de la CGT. Un constat partagé par différentes associations de consommateurs, comme l’association Familles rurales, qui s’est adressée au gouvernement en déplorant « une protection à deux vitesses, selon que les familles aient ou non les moyens d’assumer cette dépense nouvelle, mais “incompressible” […]. Devront-elles faire le choix de se protéger plutôt que de s’alimenter du fait de finances déjà sous tension ? » Cette nouvelle injonction pour se mouvoir ou travailler pourrait bien creuser de nouvelles inégalités, surtout dans des foyers largement touchés par les pertes de revenus liées au confinement.

* Le prénom a été changé

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Main dans la main, le gouvernement et la FNSEA tapent encore sur les plus précaires
Agriculture 23 février 2024

Main dans la main, le gouvernement et la FNSEA tapent encore sur les plus précaires

À la veille du Salon de l’agriculture, le gouvernement a fait de nouvelles annonces pour calmer la colère des agriculteurs. Une nouvelle fois, les salariés agricoles en sont les grands absents. Pire, ils sont la principale cible.
Par Pierre Jequier-Zalc
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc