Mon nom est liberté (sexuelle)

Pour leur premier documentaire, Lisa Billuart-Monet et Daphné Leblond se sont attaquées au tabou de la sexualité des femmes.

Au terme de la projection de Mon nom est clitoris, on pense immédiatement aux vers de Paul Éluard : « Et par le pouvoir d’un mot / Je recommence ma vie / Je suis né pour te connaître / Pour te nommer : Liberté. » Liberté, parce qu’en faisant témoigner une douzaine de femmes, jeunes – entre 20 et 25 ans –, de leur vie intime, c’est tout un pan de la sexualité féminine que les réalisatrices Lisa -Billuart-Monet et Daphné Leblond dévoilent dans leur premier film. Ce documentaire de 88 minutes est en effet une…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents