L’ambition d’une école post-confinement

À l’approche d’une rentrée exceptionnelle, les personnels enseignants souffrent du silence du ministre. Ils tentent de s’organiser pour parer à toute urgence et pousser leurs revendications.

O n nous a dit de faire comme d’habitude, comme si rien ne s’était passé… » Zeïna (1) est sceptique. Moins de dix jours avant la fin de l’année scolaire, et en l’absence de directives nationales, « notre inspectrice académique nous a demandé de répartir les élèves dans leurs futures classes sans tenir compte de la situation épidémique, assure la jeune enseignante. En somme, on a fait comme s’il n’y avait pas eu de confinement, ni de protocole sanitaire à appliquer ». Au risque, dans quelques jours, de tout…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents