L’écologie passe par le socialisme !

Dans un essai didactique et brillant, le philosophe marxiste Michael Löwy explique toute l’acuité de la notion d’écosocialisme.

Olivier Doubre  • 22 juillet 2020 abonné·es
L’écologie passe par le socialisme !
La sauvegarde des écosystèmes est devenue incompatible avec la logique expansive du capitalisme.
© Klaus-Dietmar Gabbert/dpa-Zentralbild/dpa Picture-Alliance via AFP

Jusqu’à quand ? Avec la crise du Covid-19, mais déjà bien avant, tous ceux qui s’essayent à réfléchir sur l’évolution du monde contemporain, face aux immenses dangers qui menacent à la fois l’ensemble de l’humanité et la planète, s’interrogent sur les possibles voies pour modifier ce triste constat. Pleinement inspiré par la pensée marxiste, ce livre s’attache à montrer que le renouveau de cette pensée doit aujourd’hui se confronter à un défi majeur : l’urgence environnementale. Et ainsi mieux entamer une « révision critique profonde ».

Longtemps, la plupart des lectures de Marx et Engels, en particulier celles reposant sur la « conception matérialiste de l’histoire », se sont fondées sur une approche linéaire du progrès technique, faisant du développement capitaliste et industriel une étape fondamentale devant ouvrir la voie au socialisme. Aujourd’hui, il est devenu incontestable que « la sauvegarde des équilibres écologiques de la planète » est tout simplement devenue « incompatible avec la logique expansive et destructrice du système capitaliste ».

C’est là toute la thèse que le philosophe Michael Löwy, né au Brésil et vivant en France depuis 1968, proche du regretté Daniel Bensaïd (donc de la LCR), s’attache à présenter dans cet ouvrage particulièrement fouillé. Fidèle à un long engagement (au sein de la IVe Internationale), il s’essaie ainsi à dégager des voies nouvelles et solides pour renouveler, ou du moins améliorer, la pensée marxiste face à la « sauvagerie néolibérale » (pour reprendre l’expression du philosophe Pierre Zaoui). Outre que celle-ci écrase les peuples dans une exploitation sans limite, elle se traduit un peu partout par le saccage de la planète. Pour Löwy, « la poursuite de la “croissance” sous l’égide du capital » et de son incessante accumulation apparaît aujourd’hui clairement comme nous emportant vers « des catastrophes sans précédent ».

Présenté avec soin dans cet ouvrage didactique, l’écosocialisme se veut donc « un projet d’avenir, une utopie radicale », qui affirme, ou simplement constate, l’impossibilité de séparer complètement « environnement social et environnement naturel ». Mais il est surtout un « horizon du possible », qui dépendra des luttes à mener, rapidement, « comme celle de Seattle en 1999, qui a vu la convergence des écologistes et des syndicalistes, ainsi que la naissance du mouvement altermondialiste ». Aujourd’hui, dans plus de deux cents pays, des millions de jeunes sont déjà engagés dans ces mobilisations, inspirés notamment par « les critiques radicales de Greta Thunberg contre les “décideurs” aveuglés par l’argent et par le mythe de la “croissance” ». En avant, camarades !

Qu’est-ce que l’écosocialisme ? Michael Löwy, Le Temps des cerises, 192 pages, 14 euros.

Idées
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 
Entretien 15 mai 2024 abonné·es

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 

Moi aussi : c’est le nom du court-métrage que présente l’actrice et réalisatrice Judith Godrèche au festival de Cannes, ce mercredi. Un projet où l’on suit un millier de personnes ayant répondu à son appel à témoignages. Pour Politis, elle revient sur cette initiative et raconte l’intimité de son combat contre les violences sexistes et sexuelles.
Par Pauline Migevant
VSS : vers une prise en charge plus empathique des violences
Justice 15 mai 2024 abonné·es

VSS : vers une prise en charge plus empathique des violences

En France, seules 6 % des victimes de viol ont porté plainte en 2023, et la procédure ne débouche sur une condamnation que dans 1 % des cas. Si les femmes hésitent à franchir le pas, c’est aussi parce qu’elles se méfient des institutions judiciaires. 
Par Salomé Dionisi
Ne sommes-nous pas des femmes ?
Intersections 15 mai 2024

Ne sommes-nous pas des femmes ?

L’actrice Nadège Beausson-Diagne, qui a lancé le #Memepaspeur dans le cinéma africain, raconte les violences sexuelles subies en tant que femme noire dans un État raciste et patriarcal et interpelle les féministes blanches sur l’invisibilisation de ces vécus.
Cette école qui classe, trie, sépare
Éducation 1 mai 2024 abonné·es

Cette école qui classe, trie, sépare

Deux essais pointent la ségrégation à l’œuvre dans l’éducation en France. Les pistes pour y remédier existent, à condition que s’exprime un volontarisme politique à la hauteur des enjeux de mixité sociale. 
Par Laurence De Cock