Syndicats policiers : une défense immodérée… et intéressée

Les organisations de policiers cajolent leurs adhérents en refusant toute réflexion critique sur l’institution. Un jeu malsain.

Romain Haillard  • 15 juillet 2020 abonné·es
Syndicats policiers : une défense immodérée… et intéressée
Les syndicats Unsa-Police et Alliance manifestent sur les Champs-Élysées, à Paris, le 12 juin.
© Thomas SAMSON / AFP

Les flics contre le reste du monde. Par leur défense sans faille et parfois aveugle des policiers, les syndicats se sont enfermés dans une rhétorique isolationniste. Plus qu’une agressivité sincère, la surenchère victimaire et sécuritaire traduit un jeu de séduction pour s’attirer la faveur des uniformes.

La puissance des syndicats ne sort pas de nulle part. Ces organisations la tiennent de leur représentativité sans équivalent : 83 % de participation aux dernières

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Travail Police / Justice
Publié dans le dossier
Où va la police ?
Temps de lecture : 4 minutes