« Il faut moins d’avions, revenir à une aviation plus lente, miser sur les alternatives de transport »

Pour Charles Adrien Louis, ingénieur et consultant en développement durable, miser sur la sobriété est plus pragmatique que croire en l’aviation « propre ».

Vanina Delmas  • 30 septembre 2020 abonné·es
« Il faut moins d’avions, revenir à une aviation plus lente, miser sur les alternatives de transport »
Le train de nuit : une alternative à l’avion à remettre au goût du jour.
© BORIS HORVAT/AFP

Comment s’aligner avec l’accord de Paris sur le climat, donc ne pas dépasser 2 °C de réchauffement, et sauvegarder l’aviation civile ? Dans leur étude « Climat : pouvons-nous (encore) prendre l’avion ? », les ingénieurs du cabinet B&L Évolution concluent que les bonnes idées existent mais qu’aucune ne permet de transformer l’entièreté du secteur aérien dans un proche avenir. La réduction drastique du trafic s’impose donc. L’analyse de Charles Adrien Louis, l’un des membres de ce cabinet.

Le secteur aérien répète que ses émissions tournent autour de 1,4 % des

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 4 minutes