L’énigmatique monsieur Struillou

La démission fracassante du directeur général du travail, Yves Struillou, met en lumière une fonction-clé, traversée d’ambivalences et secouée par une crise sans précédent.

C’est un drôle d’équilibriste qui vient de choir. Personnage discret, comme l’impose sa fonction de directeur général du travail, qui chapeaute notamment l’inspection du travail, Yves Struillou a démissionné le 11 septembre après avoir été brutalement désavoué par la nouvelle ministre du Travail, Élisabeth Borne. Cet ancien inspecteur du travail trébuche sur l’une des pires crises agitant l’inspection. Percer le mystère de ce conseiller d’État de 60 ans, à la tête d’une petite administration secouée par les grands travaux du code du travail, n’est pas aisé. « L’homme s’efface derrière la fonction », élude l’intéressé dans sa réponse, polie, à nos interrogations. Pourtant, l’énigme chatouille nombre d’inspecteurs. D’anciens amis, aussi, ne peuvent cacher leur fascination pour la trajectoire ascendante d’un « type extra » qui commence dans les rangs de la Ligue communiste révolutionnaire à la fin des années 1970.

Gérard Filoche, ancien inspecteur et militant politique, y était. Il se souvient même d’un congrès où fut décidé l’envoi d’un groupe discret de militants faire de « l’entrisme » au Parti socialiste. Yves Struillou y figurait, assure le vieux routier de la gauche, qui suivit le mouvement tout en refusant de se cacher.

Yves Struillou débute comme inspecteur du travail en 1984 et passe l’ENA sur le tard, en 1994. Personnage « brillant », décrit comme drôle et pince-sans-rire, mais aussi « autoritaire », qui n’aime pas la contradiction mais « sait reconnaître ses erreurs », il garderait de ses années militantes un tempérament « bretteur » et « une capacité à utiliser la dialectique pour faire passer ses idées ». Il s’inscrit, tacle un inspecteur, « dans un double discours permanent ». Conseiller d’État, puis conseiller à la Cour de cassation, il a signé des ouvrages qui font encore aujourd’hui référence pour les inspecteurs du travail. « C’est sans doute pour cette raison qu’il a autant déçu » parmi les inspecteurs_,_ suggère l’un d’entre eux.

Lorsqu’il s’installe dans ses fonctions, en 2014, Yves Struillou doit trouver une place dans l’ombre de son prédécesseur, Jean-Denis Combrexelle, à qui la longévité au poste avait donné une influence de quasi-ministre.

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Changer l’hôpital

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.