La scierie qui cache la forêt

Dans les Hautes-Pyrénées, l’installation d’un géant industriel de transformation du bois inquiète les défenseurs de l’environnement. À l’appel d’un collectif, la résistance s’organise.

Jean Sébastien Mora  • 28 octobre 2020 abonné·es
La scierie qui cache la forêt
À Lannemezan, le 11 octobre, 1u2009000 personnes ont participé à une marche contre le projet de scierie du groupe italien Florian.
© LIONEL BONAVENTURE / AFP

Dès les premiers pas dans les sous-bois autour -d’Aspet, village de Haute-Garonne accroché dans le piémont pyrénéen, on prend conscience du subtil équilibre écologique des forêts de montagne préservées. Bouleaux, charmes, chênes pédonculés, sapins ou hêtres, le mélange d’essences sur un si petit périmètre est saisissant. Le caractère massif de certains troncs ne trompe pas non plus, comme ce vieux hêtre au-dessus de Juzet-d’Izaut, d’un diamètre supérieur à 1 mètre, âgé de plus de 300 ans. Comme pour tous les vieillards de la forêt, ses craquelures, ses caries et ses champignons lignicoles constituent autant de micro-écosystèmes. Autre symbole fort de la biodiversité, les ours qui arpentent ce massif forestier discontinu jusqu’en Ariège.

C’est donc à Aspet que s’est

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 8 minutes