Les « partenaires sociaux » moins impliqués

La loi Asap va fusionner plusieurs instances consultatives dans lesquelles siégeaient des représentants syndicaux.

Erwan Manac'h  • 6 octobre 2020
Partager :
Les « partenaires sociaux » moins impliqués
© Photo : Les partenaires sociaux réunis sur le perron de Matignon, le 17 juillet 20020 (Xosé Bouzas / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP)

Le gouvernement fait le tri dans la ribambelle d’instances consultatives qui permettent aux partenaires sociaux de faire valoir leur expertise sur des projets de loi ou de réglementation ayant trait au travail. Les instances dévolues aux salaires (Copiesas), aux retraites (Comarep), aux négociations et à la formation professionnelle (CNNCEF) sont fusionnées. Au grand dam des syndicats (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT et FO) qui y voient une réduction de leurs possibilités d’intervention.

« Cela va faire reposer toutes les responsabilités sur les mêmes représentants syndicaux, regrette Karen Gournay, secrétaire confédérale Force ouvrière de la négociation collective et des salaires. On perd la spécialisation et la technicité qui faisait la pertinence de ces instances. Au bout du compte, le gouvernement réduit encore et toujours le rôle des organisations syndicales. » La syndicaliste rappelle au passage que les délégués siègent sans « jeton de présence » dans ces organes, dans le cadre ordinaire de leurs mandats syndicaux.

Le Haut conseil du dialogue social, qui traite notamment des questions de représentativité syndicale, devait également figurer dans le package, mais des voix se sont levées pour demander son maintien, à commencer par celle de l’ancien directeur général du travail, Jean-Denis Combrexelle, figure influente. L’instance a donc été maintenue par voie d’amendement à l’Assemblée.

>> Consulter tous les articles de notre dossier sur la loi Asap

Travail Politique
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Macron s’épanouit dans le chaos mais il joue avec le feu »
Enquête 12 juillet 2024

« Macron s’épanouit dans le chaos mais il joue avec le feu »

Le maintien de Gabriel Attal à Matignon est une situation inédite qui pose un réel problème politique et démocratique. À gauche, le Président est attaqué sur ses accommodements avec la Constitution et son refus de reconnaître le résultat des urnes.
Par Nils Wilcke
« Être arrivé si près du but ne peut qu’encourager le RN à aller plus loin »
Entretien 10 juillet 2024

« Être arrivé si près du but ne peut qu’encourager le RN à aller plus loin »

À l’issue des législatives anticipées, le Rassemblement national a remporté 143 sièges. Un résultat en deçà des attentes du parti, lequel gagne néanmoins du terrain partout et va continuer à bénéficier d’une dynamique électorale, estime la politiste Nonna Mayer.
Par Pauline Migevant
« Désormais tout commence »
Enquête 10 juillet 2024

« Désormais tout commence »

Une mobilisation historique de la société civile a permis au Nouveau Front populaire de déjouer les pronostics le 7 juillet. Malgré cette première victoire, tous et toutes appellent à la vigilance et à la construction d’un vrai mouvement de fond pour contrer l’extrême droite.
Par Pierre Jequier-Zalc
À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé
Reportage 10 juillet 2024

À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé

Dirigée par le parti d’extrême droite depuis dix ans, la commune des Hauts-de-France a voté à 47 % pour Jordan Bardella aux élections européennes. Jocelyn Dessigny, lui aussi du RN, élu député au premier tour, a recueilli 53 % des voix des électeurs de la 5e circonscription de l’Aisne. Nous sommes allés à leur rencontre.
Par Tristan Dereuddre