« Personne ne sort les fusils »,de Sandra Lucbert : Sabre au clair

Dans Personne ne sort les fusils, Sandra Lucbert revient sur le procès des dirigeants de France Télécom, qui s’est tenu au printemps 2019. Sous la forme d’un texte poético-pamphlétaire plus ou moins explosif.

Christophe Kantcheff  • 7 octobre 2020 abonné·es
« Personne ne sort les fusils »,de Sandra Lucbert : Sabre au clair
Le livre de Sandra Lucbert se situe aux confins de l’essai pamphlétaire et de la prose poétique.
© Bénédicte Roscot

Rappelons-nous ce chef-d’œuvre de cynisme : « Finalement, cette histoire de suicides, c’est terrible, ils ont gâché la fête. » Il fut prononcé par Didier Lombard lors du retentissant procès France Télécom-Orange pour harcèlement moral, qui s’est tenu au printemps 2019. Mise en exergue de Personne ne sort les fusils, cette citation indique le sujet du livre de Sandra Lucbert, auteure jusqu’ici de deux romans, Mobiles (Flammarion, 2013) et La Toile (Gallimard, 2017). C’est pourquoi l’effet de surprise est imparable. Les premières pages s’ouvrent bien sur une scène judiciaire,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 5 minutes