Une âme de contre-culture

Guillaume Meurice et Émilie Valentin retracent l’histoire du Café de la Gare. Entre archives et témoignages jubilatoires.

Des fous, des insouciants, des têtes brûlées qui tournent le dos au théâtre bourgeois, comme un bras d’honneur, dans l’après-Mai 68. L’équipe de base est ainsi composée : Romain Bouteille, Coluche, Sotha, Miou-Miou, Patrick Dewaere, Henri Guybet, Jean-Michel Haas, Catherine Mitry. Ensemble, ils créent le Café de la Gare. D’abord dans le pourtour de Montparnasse. L’adresse change. La meute se retrouve dans le Marais, au cœur de Paris. Qu’à cela ne tienne, on conserve le nom de ce tout nouveau théâtre de…

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.