L’école sévère avec Blanquer

De la maternelle au lycée, les profs dénoncent le mépris du ministre, des consignes peu claires et un manque de moyens.

Jules Peyron  • 4 novembre 2020 abonné·es
L’école sévère avec Blanquer
Pourquoi ne pas prévoir le non-brassage des groupes d’élèvesu2009? demandent les syndicats.
© Quentin De Groeve/AFP

Le lundi 2 novembre, l’heure de la rentrée a sonné pour les élèves de la maternelle jusqu’au lycée, non concernés par le nouveau confinement entré en vigueur quatre jours plus tôt. Une façon d’éviter de revenir à un système de cours à distance, qui avait été particulièrement chaotique au printemps. Néanmoins, regain épidémique oblige, cette nouvelle séquence de l’année scolaire s’accompagne d’un « protocole sanitaire renforcé » édicté par le ministère de l’Éducation nationale trois jours avant. Il vient consolider le précédent, qui avait été réduit à peau de chagrin au fil des semaines. Au point que le port du masque obligatoire pour les adultes et les enfants à partir de 11 ans constituait l’une des seules nouveautés de la rentrée 2020. Seulement voilà, deux mois plus tard, l’épidémie est en pleine explosion et les inquiétudes grandissent.

Le nouveau protocole introduit donc de nouvelles restrictions, parmi lesquelles le port du masque dès 6 ans et une limitation du brassage des élèves. Pas de quoi rassurer des profs excédé·es par la gestion de crise du gouvernement. « Le nouveau protocole annonce des mesures qui auraient dû être mises en place dès la rentrée », remarque Marie Dagnaud, secrétaire générale de la CGT Éduc’action du Finistère. Et le texte évite soigneusement de répondre à l’une des revendications premières des syndicats : le recrutement de personnels pour faire face à la crise. « Le gouvernement souhaite la limitation du brassage des élèves. Pour cela, il faut nous donner des moyens humains, donc recruter », constate un professeur de maths et physique de Nancy (Meurthe-et-Moselle). D’autant plus que l’aggravation de la pandémie en France risque de ne pas épargner le corps enseignant, comme le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Santé
Temps de lecture : 10 minutes

Pour aller plus loin…

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc
Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93
Enfance 22 février 2024

Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93

L’une des plus grosses associations de la Seine-Saint-Denis accumule les témoignages et les rapports accablants contre sa direction et ses méthodes de management. Face à une crise qui s’intensifie depuis février 2021, le département – qui assure le principal financement de l’association – reste sourd malgré les appels à l’aide des salariés.
Par Tristan Dereuddre