M’hammed Henniche, influenceur

Le recteur de la mosquée de Pantin, qui a relayé la vidéo du père de famille fustigeant Samuel Paty, est un organisateur qui cultive les liens avec les politiques pour la cause cultuelle.

M’hammed Henniche crapahute de la communauté musulmane au monde politique depuis une bonne vingtaine d’années. Ce chef d’entreprise d’informatique, président de l’Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis (UAM93), qu’il a contribué à fonder en 2001, est un notable connu comme le loup blanc. Sa spécialité : négocier les projets cultuels à grands coups de soutien politique. « Quand je soutiens un candidat, je vais “travailler le produit” comme un commercial : on prend contact, on discute, on voit ce qu’on peut vendre à la communauté. Mais les gens ne sont pas des moutons, on est dans une démarche sincère », explique-t-il, serein. Cela dit, il se défend de proposer un deal du type « une mosquée = un soutien ». Par exemple à Aulnay-sous-Bois, pour les municipales de 2014, il prend le parti de Bruno Beschizza (LR) contre le maire sortant Gérard Ségura (PS) par « punition ». « Les associations de la ville ont travaillé sur un projet commun de mosquée : à la fin, au lieu de créer une fédération, il a fait le choix de favoriser une association et d’écarter les autres. Je lui ai dit “tu vas créer la zizanie”, mais il ne m’a pas écouté. » M’hammed Henniche soutient donc l’adversaire. « J’ai présenté Bruno aux déçus. » C’est « Bruno » qui a été élu et « une école musulmane a été ouverte et confiée à l’autre partie des associations musulmanes ». Une réussite dont il se félicite.

« C’est Claude Bartolone qui m’a fait réaliser notre potentiel dans les quartiers, se souvient-il. En 2001, il était ministre délégué à la Ville et je l’ai fait venir dans une cave d’une cité de Bagnolet pour discuter avec les jeunes. Il était ravi de pouvoir leur parler sans se faire insulter. » Une prise de contact apaisée qui serait due au caractère « musulman » de l’association organisatrice. Mais est-ce son rôle ?

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.