La galaxie climat en pleine mue

Les mesures engagées par les États depuis la signature de l’accord de Paris en 2015 ne sont pas à la hauteur de l’urgence climatique, estime la jeune génération de militants.

Vanina Delmas  • 2 décembre 2020 abonné·es
La galaxie climat en pleine mue
© MARK GARLICK/SCIENCE PHOTO LIBRARY/AFP

Décembre 2015. Les chefs d’État clôturent les négociations, signent l’accord de Paris et se réjouissent de ce succès devant les caméras du monde entier. Dans les rues, des voix s’élèvent : cette COP 21 est attendue par les militants du mouvement climat, qui veulent avoir le dernier mot. Rien d’évident dans le contexte post-attentats, avec la mise en place de l’état d’urgence qui interdit les manifestations. La Coalition climat 21, qui regroupe plus de 130 organisations de la société civile, décide alors de désobéir et de se réinventer : une chaîne humaine réunit plus de 10 000 personnes, tandis que d’autres ont quand même choisi de manifester place de la République, affrontant les forces de l’ordre. Pour le dernier jour, la manifestation est finalement autorisée… la veille au soir.

« Et un, et deux, et trois degrés, c’est un crime contre l’humanité », « Changeons le système, pas le climat ». Les slogans, désormais bien connus, ont résonné dans l’avenue de la Grande-Armée, proche des lieux de pouvoir. Pour Nicolas Haeringer, coordinateur de 350.org, depuis, on a certes vu « des victoires significatives avec des milliers de milliards de dollars et d’euros désinvestis du secteur des énergies fossiles, des infrastructures abandonnées sur chaque continent. Mais, comme le climat continue de se dérégler de manière exponentielle, on reste écrasé par la gravité de la situation ».

Après la déception de la conférence de Copenhague en 2009, la COP 21 a été perçue comme une avancée non négligeable avec la reprise des négociations internationales et l’idée que la pression citoyenne avait été entendue. « En revanche, depuis les accords de Paris, il y a une double frustration : les citoyens sont en attente

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 9 minutes

Pour aller plus loin…

Les batailles de l’arbre bourgeonnent en France
Luttes 27 septembre 2023 abonné·es

Les batailles de l’arbre bourgeonnent en France

Partout dans le pays, des collectifs se créent pour défendre platanes ou marronniers en milieu urbain, toujours menacés par des projets d’aménagement du territoire déconnectés des enjeux climatiques.
Par Vanina Delmas
« La question de la confiance dans la science est peut-être déjà dépassée »
Entretien 20 septembre 2023 libéré

« La question de la confiance dans la science est peut-être déjà dépassée »

L’historienne et philosophe Bernadette Bensaude-Vincent, autrice avec le philosophe Gabriel Dorthe d’un essai sur la montée de l’irrationalité et la perte de confiance dans la communauté scientifique, interroge le rôle de la science face au climatoscepticisme et au complotisme.
Par François Rulier
« L’objectif des climatosceptiques est de semer le doute »
Entretiens 20 septembre 2023 abonné·es

« L’objectif des climatosceptiques est de semer le doute »

« Arrêtons de croire que ce sont juste des gens qui doutent sur la science. » Jean Jouzel, paléoclimatologue et Camille Étienne, activiste écologiste, livrent leur analyse sur la poussée du climatoscepticisme.
Par Vanina Delmas
Climatosceptiques et toxiques
Enquête 20 septembre 2023 libéré

Climatosceptiques et toxiques

Plus l’urgence climatique est visible et les catastrophes dramatiques, plus les voix remettant en question les causes humaines du dérèglement retrouvent du souffle. En France, les climatosceptiques n’ont pas désarmé : ils ont renouvelé leur arsenal, et leur objectif reste le même : répandre le trouble par tous les moyens. Décryptage.
Par Vanina Delmas