Bobby Few, forever free

Le pianiste et compositeur américain, installé à Paris depuis 1969, est décédé le 7 janvier, laissant le monde du jazz un peu plus orphelin.

Impossible de rester sombre à l’évocation de Bobby Few, tant son énergie et sa spontanéité rayonnantes continuent d’habiter celle ou celui qui l’a déjà croisé sur son chemin. Et pourtant, depuis le 7 janvier, il n’est plus, à nos côtés, un ressortissant de cette planète brûlante. On ne croisera plus sa silhouette délicate dans les rues de Paname, ni l’animation tourbillonnante de ses deux mains flambantes sur les claviers les plus variés. Péniblement, il faut s’y faire, réécouter sa discographie au sang…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.