Dossier : Précarité menstruelle : La bataille de l’intime

La gratuité des protections menstruelles : un combat mondial

Les politiques de lutte contre la précarité menstruelle dépassent rarement la réduction de la TVA sur les protections périodiques, à l’égal des autres produits de première nécessité.

La survenue des règles, objet de tabous un peu partout dans le monde, génère des discriminations allant jusqu’à l’ostracisation des femmes pendant cette période. Cependant, la difficulté la plus généralisée tient au déficit de services sanitaires de base, comprenant les produits d’hygiène menstruelle. Selon l’Unicef, 2,4 milliards de personnes sont concernées, soit un tiers de la population mondiale. Le manque de protections périodiques ou l’absence fréquente de sanitaires réservés aux filles sont une cause d’absentéisme scolaire pour 10 % d’entre elles en Afrique, calculait l’Unesco en 2014.

Cette précarité menstruelle, quand elle est prise en compte, induit généralement, dans un premier temps, des programmes ciblés de distribution de protections hygiéniques dans les écoles, les dispensaires… Mais ils sont souvent d’une portée limitée (lieux de mise à disposition, approvisionnement, confidentialité, etc.), voire inopérants, comme au Royaume-Uni durant la crise du Covid-19, où, selon une enquête de Plan International UK, 30 % des filles de 14 à 21 ans ont eu des difficultés pour trouver des produits hygiéniques pendant le confinement, notamment en raison de la fermeture des écoles, devenus points d’accès gratuits par une mesure gouvernementale en 2019.

Il reste 72% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.