Le réchauffement climatique est déjà catastrophique

Après une année 2020 très chaude, l'Organisation météorologique mondiale et la Nasa lancent des alertes angoissées.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Un avertissement rendu public le 16 janvier par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) explique que la planète se dirige inéluctablement vers un réchauffement catastrophique tout au long du XXIe siècle. Ce n’est plus une « prévision » mais une réalité constatée. En étudiant ses cinq grandes bases de données et surtout d’observations, l’OMM, estime que la preuve en est fournie par la confirmation que l’année 2020 a rejoint la liste des records mondiaux des températures. Les experts de la Nasa, qui ont poursuivi leurs recherches en dépit des efforts déployés par Donald Trump et son administration, sont sur la même longueur d’ondes : « 2020 a été une année difficile pour la planète, dépassant le record déjà établi en 2016. »

Le Secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas, au cours d’une conférence de presse, a complété les explications de la Nasa car il semble encore plus inquiet : « Il est remarquable que les températures aient été pratiquement équivalentes à celle de l’année 2016, alors qu’au cours de cette dernière année nous avions assisté à l’un des plus forts réchauffements imputables au phénomène El niño. »

Ses collègues travaillant pour la Nasa confirment ce pessimisme : « Cette année a été un exemple très frappant de ce que c’est de vivre sous certains des effets les plus graves du changement climatique que nous avions prédit. Nous avons fait l’expérience directe de la façon dont la chaleur s’exprime sur notre planète. Les ouragans intenses, les grands incendies et la fonte des glaces que nous avons connus en 2020 sont les conséquences du changement climatique provoqué par l’homme. »

Toutes les catastrophes sont en cours

Ce que nous vivons sur tous les continents n’est pas une nouvelle norme, expliquent ces nouveaux lanceurs d’alerte sur le climat, mais simplement le prélude à ce qui nous menace déjà car toutes les catastrophes sont déjà présentes. Après avoir été discrets, et disons le « tenu en laisse » par les Nations Unies, les chercheurs et leurs administration sont désormais certains que toutes les catastrophes en cours vont se multiplier et s’intensifier. Parce qu’ils sont maintenant certains que la température moyenne de la planète va probablement augmenter de 5° C ; alors que l’Accord de Paris qui date de 2015 considérait que le maximum supportable était de 1,5° C. Un niveau qui ne pourra qu’être constaté par la prochaine conférence climat. Si elle peut avoir lieu.

Cette évolution a poussé le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres à déclarer, au vu de ces nouveaux chiffres « désespérés » : « Nous nous acheminons vers une catastrophe alors que faire la paix avec la nature est la grande mission de notre siècle. Elle doit être la priorité absolue de chacun partout dans le monde. »

Mais ni le retour des États Unis dans l’Accord de Paris, ni les ravages en cours du Coronavirus, ni les efforts fragiles de l’Europe et surtout de la France n’incitent à l’optimisme…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.