Sahara occidental : Le Maroc en guerre totale contre les Sahraouis

Même la télévision marocaine a rompu son silence sur ce qu’il faut bien désormais appeler une guerre dans l’ex-colonie espagnole.

Politis  • 6 janvier 2021
Partager :
Sahara occidental : Le Maroc en guerre totale contre les Sahraouis
© Alain Pitton / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Rares sont les informations qui nous parviennent – même à l’heure des nouvelles technologies – du conflit pourtant en cours entre l’armée marocaine et le Front Polisario sahraoui, depuis la rupture mi-novembre du cessez-le-feu (datant de 1991) par Rabat, du fait de son intervention armée au sein de la « zone tampon » de Guerguerat à la frontière mauritanienne. On sait néanmoins que les combats se poursuivent entre les (désormais) belligérants puisque même la télévision marocaine a rompu son silence sur ce qu’il faut bien appeler une guerre, en montrant récemment des images de tirs à l’arme lourde par ses soldats. Des deux côtés, des blessés seraient à déplorer et des soldats marocains auraient été transportés dans les hôpitaux de Smara ou même au Maroc.

Tout journaliste ou autre observateur demeure soumis à l’interdiction par Rabat de se rendre dans l’ex-colonie espagnole annexée en 1975. Car aucune voix dissidente au discours colonial marocain ne doit pouvoir s’exprimer. Surveillé étroitement depuis des années, tout comme sa famille, même à l’étranger, l’historien Maati Monjib, professeur d’université très respecté dans les milieux intellectuels, et rare voix à défendre la liberté de la presse au Maroc, en particulier sur sa politique au Sahara occupé, aurait ainsi été « enlevé » le 29 décembre par des inconnus « en civil » dans un restaurant de Rabat. Alors que le Maroc vient de rétablir ses relations diplomatiques avec Israël, salué par Donald Trump qui a alors reconnu la prétendue « marocanité » de l’ex-colonie espagnole, en échange d’un milliard de dollars (notamment pour des fournitures militaires), l’ONG Human Rights Watch a publié une étude détaillée montrant que Rabat « applique les mêmes méthodes », coloniales et de peuplement, qu’Israël « réserve aux Palestiniens »…

Monde
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »
Résistance • 25 janvier 2023 abonné·es

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »

Deux ans après le coup d’État militaire, le mouvement de résistance pro-démocratie ne fléchit pas. Cependant, l’issue de sa lutte dépend du renforcement des soutiens extérieurs, jusque-là timides.
Par Patrick Piro
« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »
Entretien • 4 janvier 2023 abonné·es

« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »

Le chercheur béninois Francis Laloupo étudie depuis longtemps les enjeux géopolitiques de l’Afrique et les conflits qui y émergent, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Cette région connaît aujourd’hui des soubresauts qui contrecarrent ses avancées vers la démocratie. L’ex-colonisateur français en porte une responsabilité non négligeable, estime le chercheur.
Par Patrick Piro
Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni
Monde • 14 décembre 2022 abonné·es

Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni

Depuis l’élection du gouvernement d’extrême droite en Italie, les mouvements pro-vie et anti-genre prennent de l’ampleur et s’emploient à infléchir la législation dans le sens de leurs combats.
Par Irene Fodaro
De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens
Répression • 9 décembre 2022 abonné·es

De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens

Accusés de tous les maux par Ankara et par Téhéran, les partis d’opposition et les groupes rebelles kurdes vivent des heures très difficiles en Irak et en Syrie. Si la « communauté internationale » ne cache pas sa préoccupation, personne ne semble en mesure de mettre fin à un cycle devenu infernal. Décryptage.
Par Laurent Perpigna Iban