« Il faut savoir interroger les enfants »

Le psychiatre Gérard Lopez rend compte des mécanismes d’un fléau accroché au tabou, lié au poids de la famille mais aussi aux faiblesses et aux ambiguïtés administratives et médicales.

Jean-Claude Renard  • 10 février 2021 abonné·es
« Il faut savoir interroger les enfants »
© Petit doux n’a pas peur, de Marie Wabbes/edition la martinière jeunesse

Un long silence qui frappe les victimes, l’omerta familiale, le sentiment de honte, le familialisme, le rôle de l’État, des institutions, de l’Éducation nationale, des facultés de médecine. Gérard Lopez, médecin psychiatre, fondateur de l’Institut de victimologie et administrateur de l’association Face à l’inceste, auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet (1), rend compte d’un noir tableau et des chantiers à entreprendre.

D’Éva Thomas à Camille Kouchner, comment expliquez-vous que la libération de la parole semble passer par le récit ?

Gérard Lopez : Des romans ou des récits, il en existe des centaines. Le récit qui compte ne vient jamais que d’une personne susceptible de faire du buzz. C’est, par exemple aujourd’hui, le cas de Camille Kouchner, la fille d’un ancien

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Publié dans le dossier
Inceste : Entendre et agir enfin !
Temps de lecture : 8 minutes