Dossier : Loi séparatisme et quartiers populaires : les associations en danger

La liberté de s’associer en péril ?

Selon des juristes, la nouvelle loi fonctionnerait comme une épée de Damoclès et pourrait entraver l’action des associations, alors même qu’elles sont un rouage essentiel de la cohésion sociale.

I_nsoutenable » sur le plan des principes, « contre-productif » au regard des attentes en matière de lutte contre les discriminations. Pour João Viegas, membre du Syndicat des avocats de France (SAF), le projet de loi qui vise à conforter le respect des principes de la République est bâti sur une logique de stigmatisation à l’encontre des musulman·es (1) : « Tout est fait, et c’est très préoccupant, pour faire comme si une croyance ou une appartenance religieuse était déjà le terreau qui favorise les dérives. » Un sentiment exprimé par le président d’un conseil des musulman·es d’une ville de l’Essonne. L’homme, qui souhaite rester anonyme, évoque le malaise des communautés musulmanes lié à ce climat et à la question du séparatisme telle que posée par cette loi. D’après lui, « on sent qu’il y a une volonté de contrôler l’islam en France, mais du haut vers le bas, alors qu’il y a un cheminement remarquable des associations musulmanes qui œuvrent sur le terrain »_.

Du côté de Lallab, une association féministe et antiraciste de défense des droits des femmes musulmanes, « on a la sensation que la laïcité est instrumentalisée pour faciliter la fermeture arbitraire de lieux de culte ou limiter l’accès des services publics aux personnes musulmanes en visant les pratiques visibles, notamment le port du voile, réagit Graziella Crocetti, la secrétaire. On le voit d’ailleurs dans les amendements proposés : le foulard revient de manière obsessionnelle », alors même que d’autres questions, comme l’accès au marché du travail des femmes victimes de discriminations, ne sont pas posées. Pire, « il n’y a rien, textuellement, qui apporte des outils pour lutter contre ça ».

Il reste 72% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.