Le monde insaisissable de Marie NDiaye

Dans La vengeance m’appartient, Marie NDiaye se glisse dans l’esprit d’une avocate qui n’est sûre de rien, surtout pas d’elle-même, chargée de la défense d’une infanticide. Un roman envoûtant où tout est incertitude.

Bordeaux – ville déjà présente chez Marie NDiaye – offre son visage le plus hivernal. Il fait froid, glacial dans La vengeance m’appartient. « Ce matin-là, une neige imperceptible tendait sur les vitres du cabinet une opacité propice aux illusions, aux marmottements intérieurs, aux ressassements inspirés, pugnaces, revendicateurs. » La saison, elle aussi, participe à l’humeur générale de ce roman captivant : l’indétermination. La conscience y est embrumée par les suppositions, transie par les incertitudes.…

Il reste 92% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.