Manger, zoner, dormir et recommencer…

À Saint-Nazaire, l’expulsion d’un squat met en lumière l’inadaptation de l’offre d’hébergement d’urgence.

Trois jeunes hommes tournent en rond sur le perron de la Fraternité. Ce 22 janvier, ils se retrouvent avec leurs affaires devant ce centre d’accueil de jour, à quelques centaines de mètres de la gare de Saint-Nazaire. À 8 h 30, ce matin, AD, Roméo et Sergio ont été virés du centre d’hébergement d’urgence François-Blanchy. Aucun d’entre eux ne pourra y retourner avant avril. Tous trois restent évasifs sur le motif de leur exclusion. Sergio, 28 ans, s’énerve : « C’est inadapté pour les jeunes ! Que tu aies…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.