« Si seulement on m’avait entendue »

Quand ils parviennent à parler des viols et des agressions sexuelles qu’ils subissent, les enfants sont trop rarement pris au sérieux par les adultes.

Nolwenn Weiler (Basta!)  • 10 février 2021 abonné·es
« Si seulement on m’avait entendue »
© Martin Bertrand / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Q uand je me suis enfuie de chez ma mère, à 15 ans, j’ai dit à plein de monde que mon beau-père m’avait violée pendant sept ans. Personne ne m’a prise par la main pour aller porter plainte. Mon père ne m’a même pas crue », rapporte Céline. Aujourd’hui âgée d’une cinquantaine d’années, elle ne peut plus porter plainte, à cause de la prescription. « C’est trop tard, hélas. Si seulement quelqu’un m’avait entendue quand j’avais 15 ans. » Le problème, ce n’est pas tant le silence des enfants que le discrédit que les adultes jettent trop souvent sur leur parole. « L’amnésie traumatique, dont on parle beaucoup, est loin de concerner la majorité des victimes, rappelle l’historienne Fabienne Giuliani, spécialiste de l’inceste. En revanche, qu’est-ce qu’on fait pour ceux qui sont victimes, qui parlent et que l’on n’entend pas ? »

« On n’a tellement pas envie que cela soit arrivé que l’on refuse de voir les violences sexuelles sur les enfants, avance Emmanuelle Piet, médecin et présidente du Collectif féministe contre le viol. Dans la famille, on ne veut pas croire que tonton Gégé, qui est si gentil, puisse faire cela. C’est inconcevable, et donc on préfère dire que les enfants mentent. C’est particulièrement difficile pour les tout petits enfants, que l’on ne croit jamais. » Fabienne Giuliani approuve :  « En dessous de 6 ans, les juges ne les reçoivent même pas, car ils estiment qu’ils ne sont pas capables d’exprimer ce qu’ils ont vécu. Il y a un problème de formation du côté des professionnels de la justice, mais aussi de représentation de ce que sont les enfants. En France, il y a des théories qui ont la vie dure. On pense encore que les enfants sont des menteurs et qu’ils peuvent être pervertis par leur mère. » À la fin du XIXe siècle, le mensonge des enfants a fait l’objet de trois thèses de médecine : « Les enfants menteurs », soutenue par Claude-Étienne Bourdin (1883) ; celle d’Auguste Motet sur les faux témoignages d’enfants devant la justice, et une troisième, soutenue en 1897. Dès le début du XXe siècle, ces théories sont reprises dans les tribunaux.

Face aux accusations de violences, « les agresseurs se défendent vraiment bien, ajoute Emmanuelle Piet_. Ils sont très bien organisés, avec des experts auprès des tribunaux qui utilisent le concept d’aliénation parentale pour discréditer la parole des enfants »_.

Théorisé par l’Américain Richard -Gardner, le syndrome d’aliénation parentale (SAP) affirme qu’un parent (en l’occurrence souvent la mère) peut exercer une telle emprise sur son enfant que celui-ci fait de fausses dénonciations de violences à l’encontre de son autre parent. Sa validité scientifique est largement réfutée, il ne figure pas dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) et il est interdit d’y recourir au Canada et en Catalogne. « Selon Richard Gardner, les mères manipuleraient leurs enfants pour se venger des pères, et pour obtenir des pensions alimentaires plus élevées. On est vraiment sur l’idée de la femme vénale », précise Fabienne Giuliani.

En France, le SAP est utilisé pour condamner des mères pour non-présentation de leurs enfants à des pères qu’elles ont dénoncés comme violents et/ou incestueux. « On a au moins 300 dossiers par an de femmes qui essaient de défendre leurs enfants et que personne n’entend. C’est infernal, ce sont les dossiers sur lesquels on a le plus d’échecs, tempête Emmanuelle Piet. On a eu une fois un père contre un beau-père, c’était le même topo. » Si les fausses accusations existent, elles sont rares.

« Des choses sont faites pour mieux recueillir la parole des enfants, reprend Fabienne Giuliani, mais les policiers et les magistrats ne sont pas encore assez formés. Et la protection de l’enfance manque cruellement de moyens. Elle est de plus en plus privatisée. » Des services correctement dotés pourraient accueillir les enfants le temps que des enquêtes soient menées. Mieux protégés, ils parleraient sans doute plus librement. Pour Fabienne Giuliani, ces enfants devraient être accompagnés, à chaque fois qu’ils doivent s’exprimer, par quelqu’un qui se charge de défendre leurs intérêts. Actuellement, ils restent soumis à l’autorité parentale de leurs agresseurs, qui continuent à les représenter, voire qui choisissent leur avocat…

Pour aller plus loin…

Geraldine, femme trans et travailleuse du sexe « a été tuée, et demain, ça pourrait être moi »
Reportage 17 juillet 2024 abonné·es

Geraldine, femme trans et travailleuse du sexe « a été tuée, et demain, ça pourrait être moi »

Au rassemblement organisé le 16 juillet à Paris, les personnes trans proches de Géraldine, 30 ans, tuée dans la nuit du 8 au 9 juillet, ont témoigné des violences et des propos transphobes qu’elles subissent au quotidien.
Par Hugo Boursier
Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »
Précarité 12 juillet 2024

Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »

La précarité progresse en France, comme en témoignent les dernières données publiées par l’Insee. Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre, tire la sonnette d’alarme.
Par Maxime Sirvins
« Désormais tout commence »
Enquête 10 juillet 2024

« Désormais tout commence »

Une mobilisation historique de la société civile a permis au Nouveau Front populaire de déjouer les pronostics le 7 juillet. Malgré cette première victoire, tous et toutes appellent à la vigilance et à la construction d’un vrai mouvement de fond pour contrer l’extrême droite.
Par Pierre Jequier-Zalc
À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé
Reportage 10 juillet 2024

À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé

Dirigée par le parti d’extrême droite depuis dix ans, la commune des Hauts-de-France a voté à 47 % pour Jordan Bardella aux élections européennes. Jocelyn Dessigny, lui aussi du RN, élu député au premier tour, a recueilli 53 % des voix des électeurs de la 5e circonscription de l’Aisne. Nous sommes allés à leur rencontre.
Par Tristan Dereuddre