Veillée d’armes avant la troisième vague

La légère baisse du nombre de cas ne doit pas occulter l’inexorable progression des variants, qui menacent des hôpitaux toujours en tension depuis plusieurs mois.

Jérémie Sieffert  • 24 février 2021 abonné·es
Veillée d’armes avant la troisième vague
Le vaccin à ARN messager de Pfizer-BioNTech, le plus efficace, n’est pas proposé en priorité aux soignants.
© STEPHANE DE SAKUTIN/POOL/AFP

C’est un peu la drôle de guerre. Alors que les modèles nous prédisaient un début d’année reconfiné, force est de constater que la catastrophe annoncée n’a pour l’instant pas eu lieu. Pourquoi ? Nul ne le sait vraiment. Mais les fêtes de fin d’année, c’est heureux, ont été moins contaminantes que prévu, et le régime de semi-confinement sous lequel nous vivons depuis de longues semaines a contribué à maintenir la courbe des cas à un niveau stable, aux alentours de 20 000 nouveaux cas par jour, depuis la « sortie » du précédent confinement en décembre. À cela doit très probablement s’ajouter un surcroît de prudence générale, avec des effets notables sur les contaminations, comme cela avait déjà été observé avant même le confinement d’octobre.

Résultat : au

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)