Dossier : Fukushima : Les 10 ans qui ont plombé le nucléaire

« À fukushima, ça se dégrade à tous les niveaux ! »

La militante Yûki Takahata fustige l’optimisme factice du gouvernement, à rebours des attentes de la population.

En 2012, Yûki Takahata, qui réside en France, cofonde le réseau Yosomono-net, présent dans plusieurs pays, pour mobiliser les citoyen·nes (japonais·es en majorité) sur les conséquences de la catastrophe de Fukushima. Le réseau aide des victimes, diffuse de l’information hors du Japon et s’oppose à la réouverture de centrales dans ce pays.

À écouter les officiels, le retour à la normale est en bonne voie, à Fukushima…

Yûki Takahata : Le message des autorités, du monde économique ou des médias – qui leur sont dévoués –, c’est : « Dix ans après l’accident, tournons la page. » Pour le gouvernement, tout se passe bien : on reconstruit à Fukushima, la vie retrouve un cours normal. Et le parcours de la flamme olympique des JO d’été à Tokyo devrait démarrer près de la centrale détruite ! En 2013, le Premier ministre, Shinzo Abe, expliquait déjà que tout était maîtrisé et garantissait que les JO seraient sûrs.

Or la situation s’aggrave un peu partout, la situation n’est absolument pas maîtrisée, ce qui nous inquiète fortement. Impasse sur l’eau radioactive : le gouvernement se prépare à un relargage en mer. Sols contaminés : on a gratté la terre sur cinq centimètres à peine pour l’empiler dans des sacs dont on ne sait pas quoi faire. La connaissance de la radioactivité dans l’environnement est insuffisante, etc.

Comment l’opinion publique évolue-t-elle ?

Nombre de personnes sont lassées de l’emprise du problème Fukushima, elles aussi veulent « passer à autre chose ». Cependant, même s’il s’agit d’une minorité, les militant·es qui se mobilisent ne faiblissent pas. Par ailleurs, les sondages montrent la stabilité d’une opinion majoritairement favorable à une sortie du nucléaire.

Il reste 61% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.