À Hongkong, les pro-démocratie ne baissent pas les bras

Pour parer aux attaques de Pékin, les dissidents poursuivent leur combat via le monde du travail ou depuis des pays d’exil.

P ékin n’a pas du tout l’intention de démocratiser Hongkong. Les prochaines élections locales ne seront qu’une “sélection” des représentants hongkongais par le Parti communiste chinois (PCC). » C’est ainsi que le célèbre activiste Nathan Law analyse la situation au lendemain de la clôture, le 11 mars, du congrès de l’Assemblée nationale populaire (ANP), le « parlement » chinois, qui se réunit chaque année pour approuver les décisions politiques du président Xi Jinping. L’ANP vient de voter une réforme du système électoral du Conseil législatif de Hongkong (l’instance gouvernementale de l’île), décrétant que ses futurs membres devront être « patriotes ». Comprendre : inféodés au PCC.

Il s’agit de la dernière étape en date d’une reprise en main par Pékin, après le coup de massue du 30 juin 2020. Le gouvernement de Hongkong, à ses ordres, avait adopté une loi sur la sécurité nationale définissant quatre crimes passibles de la prison à vie : sécession, subversion, terrorisme, collusion. Une -centaine de citoyens hongkongais ont été arrêtés depuis lors. Joshua Wong, l’un des leaders du mouvement pro-démocratie, a récemment été condamné à plus d’un an de prison. La région administrative « spéciale » est désormais totalement sous le joug du PCC.

Pourtant, les pro-démocratie, qui ont mis plus d’un million de personnes dans la rue en juin 2019, n’entendent pas baisser les bras. « La communauté hongkongaise fera tout pour rester unie », affirme depuis Londres Finn Lau, l’un des jeunes dissidents exilés, très déterminé face à la caméra de son ordinateur. Pointant précisément la contestation de la vision obsessionnelle de l’unité prônée par le PCC, qui vise à rassembler la Chine tout entière derrière son leader suprême, Xi Jinping.

Il reste 79% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.