Ariane Ascaride : Une femme peuplée

Durant le premier confinement, Ariane Ascaride a envoyé des lettres à son père, mort depuis longtemps. Une manière de jeter un regard libre sur elle-même, et de résister à une période éprouvante.

Christophe Kantcheff  • 3 mars 2021 abonné·es
Ariane Ascaride : Une femme peuplée
Ariane Ascaride se livre à un va-et-vient sans nostalgie entre passé et présent.
© Bénédicte Roscot

Le premier confinement, du 17 mars au 11 mai 2020, semble à la fois proche et lointain. Proche, parce qu’il a moins d’un an ; lointain, car nous ne sommes plus dans l’état de sidération qui a été le nôtre quand nous avons dû, séance tenante, nous cloîtrer chez nous. Le livre que signe Ariane Ascaride nous y ramène. Loin des piètres « journaux de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 4 minutes