Charles Tillon, un héros communiste broyé au XXe siècle

Une passionnante biographie retrace le destin de cet ouvrier breton devenu chef des FTP durant la Résistance puis ministre à la Libération. L’auteur n’est autre que son petit-fils.

Pauvre Parti communiste français (PCF) ! Et pauvre Troisième Internationale… Mais qu’avait donc ce grand parti, avec ses centaines de milliers d’encartés, sinon des millions (après la Libération), à ne cesser d’exclure les meilleurs des siens ? Une évolution, suivant là une morgue toute stalinienne, qui le mènera progressivement à une lente déchéance, sur fond de révélations des crimes de masse d’un système soviétique que le PCF s’obstinera à défendre jusqu’au bout. Ce qui n’a pas peu contribué à sa descente dans les abîmes électoraux. Car, si cela peut surprendre aujourd’hui les plus jeunes générations, il fut un temps, à la Libération, où le PCF, auréolé de son rôle dans la Résistance, recueillait près de 30 % des voix. Et ne craignait pas, alors, d’exclure nombre de ses militants ! Le plus souvent à l’issue de « procès » fantasques dignes de son modèle stalinien, revendiqué fièrement (jusqu’en 1956), puis soviétique.

Hormis lorsqu’il s’agissait d’un haut responsable du parti, le rituel était presque toujours le même, bien préparé. Lors d’une simple réunion de cellule, un dirigeant d’un échelon supérieur de l’appareil débarquait sans prévenir pour enfiler les habits de procureur et débiter une mise en accusation, de trahison, de complot, ou incriminer une autre faute inexcusable contre le parti, voire contre le mouvement ouvrier international. Devant ses plus proches camarades, le militant ainsi accusé, empli de foi communiste, tombait généralement des nues… Cette véritable épreuve, à la fois intime et collective, était pourtant advenue à bien d’autres, même parmi ses plus proches camarades, et relevait en fait d’un système. Système que tous se refusaient à admettre.

Les connaisseurs des us et coutumes des PC occidentaux (car, à l’Est, cela se terminait généralement au Goulag ou par une exécution sommaire) ont tous en mémoire les récits de ces militants dévoués soudain humiliés, jetés dehors.

Il reste 76% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.