La bataille de l’Odéon

Face à l'inaction du gouvernement, les professionnels occupent le théâtre de l'Odéon pour réclamer un calendrier de réouverture des lieux de culture.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Joli clin d’œil : le slogan ornant le fronton du théâtre de l’Odéon lors de son occupation en mai 1968 disait : « Étudiants-Ouvriers, l’Odéon est ouvert ». Ouvert ? Voilà un mot qui aujourd’hui, alors que la culture est placée depuis de longs mois sous étouffoir, sonne comme un défi. Cinquante-trois ans plus tard, c’est ce haut lieu symbolique que des artistes et des techniciens, à l’initiative de la CGT Spectacle, ont décidé d’occuper à partir du 4 mars.

Depuis, cette action ne cesse de gagner en audience. Parce que la situation est arrivée à un point de tension insupportable. À la fermeture des scènes et des cinémas qui s’éternise s’ajoute l’atonie du gouvernement, ressentie à juste titre comme du mépris. La semaine dernière, une tribune réclamant la réouverture des salles de cinéma, publiée par Le Monde, a beau avoir été signée par la fine fleur de la profession, elle n’a déclenché aucune réaction en haut lieu. La ministre, Roselyne Bachelot, plus tape-à-l’œil que son prédécesseur, Franck Riester, a finalement le même poids politique proche de zéro. Son passage parmi les occupants de l’Odéon, le 6 au soir, a eu l’effet d’un non-événement : les mots qu’elle prononce n’ont aucune consistance. C’est pourquoi ceux-ci réclament la présence du Premier ministre à la réunion du Conseil national des professions du spectacle qu’ils appellent de leurs vœux – un Jean Castex manifestement sensible aux beaux-arts puisqu’il a qualifié feu Olivier Dassault d’« artiste à l’élégante audace »

Cette occupation gagne aussi en ampleur parce qu’elle porte une revendication première allant au-delà du secteur culturel : le retrait de la réforme de l’assurance-chômage, dont la ministre « de gauche » Élisabeth Borne, qui en attend 1 milliard d’économies, a fixé l’entrée en vigueur dès le 1er juillet – on a le sens des priorités… La prolongation de l’année blanche, octroyée aux intermittents du spectacle jusqu’au 31 août 2021, est également demandée. Ainsi qu’un calendrier de réouverture des lieux de culture – dont des études montrent que le coronavirus s’y diffuse moins que dans les écoles ou lors des repas en famille à condition d’y respecter un strict protocole avec jauges limitées – accompagné d’un vaste plan de reprise d’activité.

« Nos divertissements sont finis. Ces acteurs, / j’eus soin de vous le dire, étaient tous des esprits : / Ils se sont dissipés dans l’air, dans l’air subtil. » Ainsi s’exprime Prospero dans La Tempête de Shakespeare. C’est au contraire pour continuer à faire vivre la culture en chair et en os que luttent aujourd’hui les artistes et les techniciens, combat essentiel.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.