Philippe Bordas : Un cycliste à contre-vent

Cavalier noir, de Philippe Bordas, se veut le récit d’une relation amoureuse. Mais c’est aussi, et surtout, un travail sur la langue de haute volée.

Jean-Claude Renard  • 3 mars 2021 abonné·es
Philippe Bordas : Un cycliste à contre-vent
Chez Philippe Bordas, chaque phrase tourne à l’uppercut.
© F. Mantovani Editions Gallimard

S olaire et musicale, Mylena est de l’étoffe féerique dont son amant rêve d’habiller le français. Détaché de son ancienne vie, chargé de son vélo et de ses écrits, ce dernier prend le train un matin et traverse les brumes, de Paris jusqu’à -Heidelberg, où l’attend Mylena. » Voilà un bout de la quatrième de couverture du nouveau roman de Philippe Bordas, Cavalier noir. Si seulement ce n’était que cela, un roman d’amour, blotti dans un chalet perché au cœur des bois près des rives du Neckar, entre un

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 5 minutes