Vertige du glamour

La revue Audimat publie son premier ouvrage, un essai de Simon Reynolds sur le glam rock. À la fois mise en scène de soi et regard sur le monde.

En 1964, David Bowie fait sa première apparition à la télévision. Ce soir-là, le musicien n’est pas encore la star qu’il deviendra et il n’est pas invité pour interpréter l’un de ses morceaux. S’il est sur le plateau, c’est en tant que représentant de « la Société de prévention de la cruauté contre les hommes aux cheveux longs ». Pour Simon Reynolds, auteur du Choc du glam, cet événement est à retenir pour plusieurs raisons. D’abord, le critique y relève « la surprenante beauté de Bowie : teint pâle,…

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.