Justice : Éric Dupond-Moretti ou la force des convictions

L’oeil de Politis sur l’actualité de la semaine en bref.

Politis  • 14 avril 2021
Partager :

Le garde des Sceaux s’enfonce chaque jour un peu plus dans le reniement de lui-même. Lui qui conspuait les cours criminelles départementales mises en place dans certains territoires pour remplacer les cours d’assises et leurs jurys populaires clamait à son arrivée à la chancellerie qu’il se battrait « comme un forcené » pour sauver ces dernières. Il dénonçait avec force le processus par lequel on exclut le peuple de la justice, pourtant rendue en son nom, car, disait-il, « il n’y a rien de plus démocratique que la cour d’assises ». Cet homme, donc, vient d’annoncer la généralisation des cours criminelles départementales et par conséquent… la mort de la cour d’assises. C’est beau, la force des convictions ! Évidemment les pénalistes s’effondrent un peu plus en voyant le paillasson qu’est devenu leur ancien confrère. « Éric, réveille-toi ! » a même twitté Me Frank Berton, l’un de ses plus anciens et proches confrères.

Brèves
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don