Qui veut noyer son chômeur…

Nombre de demandeurs d’emploi sont contraints de tourner le dos à leurs véritables projets professionnels, et la réforme ne fera qu’accentuer ce processus. Témoignages.

Roni Gocer  • 28 avril 2021 abonné·es
Qui veut noyer son chômeur…
La manifestation du 23 avril à Paris contre la réforme de l’assurance-chômage.
© Philippe Labrosse / Hans Lucas via AFP

Dès que le cortège s’avance, le fracas démarre. Les amplis s’éveillent, grésillent, pendant que les tambours roulent en chœur. Des notes cuivrées, métalliques et syndicales montent sur le boulevard de l’Hôpital à Paris, pendant que l’air de « Freed from Desire » se mêle à L’Internationale. -Vendredi 23 avril, la lutte contre la réforme de -l’assurance-chômage s’est jointe à la rage festive du monde de la culture. Si quelques slogans se noient dans les décibels, les pancartes sont parlantes : « Vous sucrez notre chômage pour saler vos profits » ou « Qui veut noyer son chômeur l’accuse d’avoir la flemme ». Lucide. Dans l’assemblée bigarrée, le rejet de la réforme est unanime : tous n’y voient qu’une astuce cruelle pour contraindre les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)