Au Festival d’automne, des corps instables

En mode printanier, pandémie oblige, le Festival d’automne présente L’Art de conserver la santé et Vacances vacance, deux pièces drôlement mouvantes de la chorégraphe Ondine Cloez.

Jérôme Provençal  • 26 mai 2021 abonné·es
Au Festival d’automne, des corps instables
Vacances vacance évoque avec de discrets jeux de lumière les états de conscience altérée.
© Florent Garnier

Sous l’effet de la pandémie de Covid-19, l’édition 2020 du Festival d’automne a été largement amputée, seule une partie de la programmation ayant pu être maintenue en septembre-octobre. C’est la raison pour laquelle la manifestation réapparaît de manière exceptionnelle en ce mois de mai 2021 – et jusqu’à fin juillet – à la suite de la réouverture des lieux culturels en France.

Cette collection printemps-été du Festival d’automne amène notamment à découvrir l’univers de la danseuse et chorégraphe française Ondine Cloez. Après avoir longuement pratiqué la danse classique,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Spectacle vivant
Temps de lecture : 5 minutes