« La Maladie » de Libero Bigiaretti : Un coup de vieux

Dans La Maladie, Libero Bigiaretti imagine qu’un mal mystérieux s’abat sur un jeune ambitieux sans scrupule.

Au début, La Maladie a des allures kafkaïennes. À son réveil, Gino Rovelli, la trentaine, ne se sent pas bien. « Passablement alarmé, il se regarda dans le miroir et y aperçut avec horreur une image qui ne correspondait pas à la sienne : des cernes gonflés et livides, un regard éteint, des lèvres sèches, un teint jaunâtre. » Quelle métamorphose le jeune homme est-il en train de subir ? De quel mal est-il atteint ? C’est le premier fil du récit que développe Libero Bigiaretti, écrivain italien peu connu en…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.