« L’économie s’enferme dans l’extraction de rente pour satisfaire les actionnaires »

Alors qu’elles ont bénéficié d’aides publiques sans contreparties, les entreprises du CAC 40 ont versé de généreux dividendes. Une impasse dénoncée par Olivier Petitjean et Maxime Combes, de l’Observatoire des multinationales.

Erwan Manac'h  • 26 mai 2021 abonné·es
« L’économie s’enferme dans l’extraction de rente pour satisfaire les actionnaires »
© ERIC PIERMONT / AFP

La primauté donnée aux actionnaires, en cette année de pandémie, par les entreprises du CAC 40 dévoile la vraie mesure de la financiarisation de l’économie, devenue « intenable », soulignent les auteurs du rapport « Allô Bercy ? ». Ils entendent amplifier leur travail de dénonciation, avec le renfort d’un « arc de forces » syndicales, politiques, etc. aussi large que possible, pour faire de la conditionnalité des aides aux entreprises un sujet central des prochaines échéances électorales.

Qu’avez-vous appris en menant votre enquête sur les entreprises du CAC 40 durant cette année si particulière ?

Olivier Petitjean : Cette pandémie a été révélatrice. Nous avons assisté à l’accélération d’une spirale infernale : les entreprises ont réussi à obtenir qu’aucune condition ne leur soit imposée en contrepartie des aides extrêmement importantes qu’elles percevaient, parfois sans besoin réel.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)